/news/society

Hausse fulgurante du vapotage chez les jeunes

TVA Nouvelles

Le vapotage connaît une hausse fulgurante chez les jeunes. Dans la région de Québec, ils sont 4 fois plus nombreux à vapoter tous les jours qu'il y a 3 ans.

C’est ce qu’un sondage effectué auprès de 22 000 élèves dans 32 écoles de la région de Québec démontre.

«Environ le quart des jeunes, tout niveau secondaire confondu, ont vapoté à l’intérieur du dernier mois, indique le Dr Richard Bélanger, pédiatre et chercheur au CIUSSS de la Capitale-Nationale. C’est vraiment des chiffres qui sont alarmants.»

Un jeune sur trois estime d’ailleurs qu’il n’y a pas ou peu de risque sur sa santé.

«C’est sûr que la nicotine c’est une drogue comme les autres, ça peut être nocif, mais ça dépend pour qui», raconte un jeune qui explique que certains étudiants vapotent même dans les classes.

Il est tout de même persuadé que le vapotage est moins pire que la cigarette.

Pourtant, depuis deux ans, les cas de maladie liés au vapotage se multiplient.

Les jeunes garçons de cinquième secondaire qui démontrent des problèmes mentaux et familiaux seraient plus vulnérables face au vapotage.

«Les gens qui tombent malades, tombent malades du vapotage dans les premières années d’utilisation, explique le Dr François Desbiens, directeur de la santé publique de la Capitale-Nationale. Ce sont de maladies respiratoires sévères.»

Le vapotage, qui devait supposément aider les fumeurs à arrêter, est plutôt devenu une porte d’entrée vers le tabagisme.

«Il y a 20 fois plus de jeunes qui vapotent qui fument aussi la cigarette», note Dr Desbiens.

Québec a bien l’intention de resserrer la règlementation. La ministre de la Santé a mandaté un groupe d’experts pour se pencher sur la question. Le gouvernement attend les recommandations.

Dans la même catégorie