/news/law
Populaire

Il avoue avoir tué son agresseur pédophile

Nicolas Saillant | Journal de Québec

Photo d'archives, Agence QMI

Un jeune homme a admis avoir tué d’un coup de couteau un septuagénaire du quartier Limoilou qui l’avait agressé sexuellement dans le passé.

Le 7 octobre 2016, Mathias Breton, un homme de 73 ans, était retrouvé gisant au sol dans son appartement de la 2e rue, à Limoilou. Sur place, les policiers avaient retrouvé un couteau près du corps ainsi qu’une plaie à l’abdomen de la victime. 

L’homme avait été transporté à l’hôpital où il est décédé. Une autopsie avait confirmé que la lésion à l’abdomen était la cause du décès, provoquée par un objet piquant. 

L’enquête lancée par la police de Québec n’avait pas permis d’identifier formellement un suspect.

Les limiers avaient cependant établi que la résidence de Mathias Breton était régulièrement fréquentée par des personnes qui venaient consommer de l’alcool et de la drogue, mais aussi avoir des relations sexuelles avec la victime. 

Aveux

Ce n’est que trois semaines plus tard que les autorités ont pu élucider le meurtre, lorsque le directeur de l’établissement de thérapie Job, situé à Québec, a contacté les policiers.

Ceux-ci ont été informés qu’un résident, Yan Dugas, âgé de 18 ans, avait confessé à d’autres résidents de la maison qu’il avait commis un meurtre au début du mois. 

« Selon les verbalisations rapportées, l’accusé a affirmé avoir été agressé sexuellement par Mathias Breton dans le passé », est-il écrit dans l’exposé des faits de trois pages présenté au juge de la Cour supérieure, mercredi matin.

C’est pour cette raison que Dugas a poignardé l’homme de 73 ans. 

L’accusé avait également indiqué l’endroit où il avait poignardé le vieil homme, à l’abdomen, sachant qu’il s’agissait d’une « partie vitale ».

Arrêté par les policiers le 1er novembre 2016, Dugas a confessé le meurtre de Mathias Breton en interrogatoire. 

Des traces d’ADN de l’accusé ont également été retrouvées sur les lieux pour corroborer le crime.

Meurtre non prémédité

Lors d’une audience très succincte de neuf minutes, le jeune homme maintenant âgé de 21 ans a admis sa culpabilité à un meurtre au deuxième degré.

Dugas reviendra devant la cour en janvier 2020 pour les représentations sur la peine.  

Dans la même catégorie