/news/politics

Le PLQ veut des cours de français gratuits pour tous

Vincent Larin | Agence QMI

Periode des questions

Simon Clark/Agence QMI

Le Parti libéral du Québec (PLQ) souhaite rouvrir la loi 101 afin d’y inscrire le droit pour tous les Québécois de recevoir des cours en français gratuitement.

Le député de Jacques-Carier, Gregory Kelley, a présenté un projet de loi en ce sens mercredi au Salon bleu, à l'Assemblée nationale.

Il a donné en exemple le cas d’une étudiante de Toronto qui souhaite poursuivre son apprentissage du français après la fin de ses études dans la province. Mais cette situation peut aussi s’appliquer à n’importe quel employé souhaitant postuler sur un poste demandant une meilleure maîtrise de la langue de Molière, a-t-il ajouté.

«J’ai pris des cours [de français] à l’Université de Montréal, à l’UQAM, après mes études à l’université et j’ai payé moi-même. [...] C’était un investissement pour moi, mais je me suis demandé pourquoi le gouvernement n’est pas là pour aider tout le monde», a-t-il expliqué à propos de son cas personnel.

Selon lui, son projet de loi sera bien reçu au sein de la communauté anglophone où plusieurs souhaitent pouvoir mieux communiquer en français. En font foi les listes d’attente pour des cours de francisation dans la région du Pontiac, en Outaouais, estime Gregory Kelley.

Le ministre responsable de la Langue française, Simon Jolin-Barrette, s’est montré ouvert à étudier la pièce législative lors de la période de questions de mercredi, tout en affirmant que son gouvernement avait déjà eu cette idée.

Il a rappelé que l’adjoint parlementaire du premier ministre pour les relations avec les Québécois d’expression anglaise et député de Sainte-Rose, Christopher Skeete, avait déjà mené des consultations à l’échelle du Québec et que l’idée proposée par Gregory Kelley avait été soulevée.

«Le projet de loi qui a été présenté par le député de Jacques-Cartier, on va le regarder, mais, certainement, son idée va percoler», a indiqué Simon Jolin-Barrette.

Ce dernier dit vouloir annoncer des mesures à l’hiver prochain pour bonifier la loi 101.