/regional/montreal/montreal

Le tunnelier du REM s'appelle Alice

Guillaume Pelletier | Agence QMI

PHOTO COURTOISIE

C'est finalement le nom «Alice» que portera le tunnelier chargé de creuser les 3,2 km nécessaires au passage du métro léger du Réseau express métropolitain (REM) entre le Technoparc et l'Aéroport international Montréal-Trudeau.

Il ne s'agit toutefois pas d'une référence au célèbre personnage imaginé par Lewis Carroll dans son roman «Les Aventures d'Alice au pays des merveilles», mais plutôt à la première femme géologue au Canada. Alice Evelyn Wilson avait une expertise reconnue sur les fossiles et les rochers de la vallée du Saint-Laurent et de l’Outaouais.

Malgré les nombreuses barrières qu’elle a dû surmonter dans cette profession traditionnellement masculine, elle a gravi les échelons petit à petit au sein de la Commission géologique du Canada (CGC) avant de se voir confier en 1940 le poste de géologue agrégée. Ses travaux ont notamment conduit à l'élaboration de plusieurs cartes de référence de la vallée du Saint-Laurent et de l’Outaouais.

«Alice» devrait commencer à prendre forme progressivement au début de 2020. Des tests seront nécessaires pour entamer les travaux de forages dans les prochains mois.

Le tunnelier est la troisième machine à être baptisée par le bureau de projet du REM. Les deux poutres de lancement «Anne» et «Marie» ont été nommées il y a quelques mois, avant que le bureau du REM demande l'aide du public pour trouver le nom du tunnelier d'une longueur de 100 mètres.

Parmi les propositions plutôt cocasses reçues par l'équipe du REM, notons «Tunnel McTunnelface», «REMonde», «YULiette», «Dora l'excavatrice» ou encore «Lalleluia».