/regional/sherbrooke/centreduquebec

Premier soir des auditions du BAPE sur l'amiante

Jean-François Desbiens | TVA Nouvelles

Plus de 125 personnes ont assisté à la première séance publique de la commission d'enquête du BAPE sur l'amiante au Québec.

Lors de cette première de huit rencontres, des représentants des municipalités d'Asbestos et Thetford Mines ont remis en question les méthodes d'échantillonnage utilisées par les ministères de la Santé et de l'Environnement afin de déterminer la présence de fibres de résidus miniers dans l'air ambiant.

Le maire d'Asbestos et préfet de la MRC Des Sources, Hugues Grimard, a insisté sur la valeur et l’importance des résidus miniers, sur le fait qu'il y a une manière de les traiter et de les utiliser, en faisant les choses correctement et façon sécuritaire.

«Les fonctionnaires nous avouent être incapables de déterminer une norme qui serait respectable, un seuil minimal qui peut présenter un risque avéré pour la santé», a dit le maire de Thetford Mines, Marc-Alexandre Brousseau.

Depuis quelques années, des normes plus strictes sont imposées à la municipalité lors de travaux d'infrastructure et d'excavation, par crainte que des fibres d'amiante provenant de résidus miniers soient remises en suspension dans l'air.

Ces craintes ne sont aucunement fondées, pense M. Brousseau.

Environ 800 millions de tonnes de résidus miniers ont été extraites et entassées sur les sites des mines qui ne sont plus en exploitation depuis 2012.

«Des conditions sévères et rigoureuses doivent être imposées parce que l’amiante, à tous les niveaux de concentration dans l’air, représente un danger pour la santé», a répliqué Yves Jalbert, directeur général adjoint de la protection de la santé publique.

Trois autres séances publiques se tiendront d'ici vendredi en fin de journée à Asbestos.

Les audiences du BAPE feront ensuite une pause avant de reprendre mardi prochain à Thetford Mines.

Des rencontres sectorielles auront lieu à Québec en janvier.

Le BAPE a jusqu'au 24 juillet pour remettre son rapport au bureau du ministre de l'Environnement et de Lutte aux changements climatiques.

Cette commission d'enquête a pour objectif de faire un portrait de la présence de l'amiante au Québec et des répercussions sur la santé de la population, en plus d'évaluer la pertinence d'établir un cadre pour la revalorisation des résidus amiantés.