/news/world

Coup de filet contre le gang des «Latin Kings»

Agence France-Presse

La police américaine a arrêté jeudi une soixantaine de membres présumés du gang des «Latin Kings», présenté comme l'un des plus puissants au monde, dans le cadre d'un coup de filet dans la région de Boston ayant mobilisé plus de 500 agents.

Après quatre ans d'enquête, le procureur fédéral du Massachusetts Andrew Lelling a annoncé avoir inculpé 62 personnes pour des chefs d'association de malfaiteurs, trafic de drogue et possession d'armes à feu, selon un communiqué.

Le chef d'association de malfaiteurs, à lui seul, est passible de 20 ans de prison.

Le gang aurait aussi commandité plus de 10 assassinats, même si aucun chef d'accusation pour meurtre n'a été retenu. 

Le gang des Latin Kings, né dans les années 60 à Chicago avec l'ambition affichée d'aider la population d'origine hispanique à sortir de la pauvreté, doit notamment sa force à un système de communication sophistiqué et une organisation très stricte, selon le FBI.

Ses membres adhèrent à un manifeste et un code de justice interne. La hiérarchie est très structurée, avec des règles de progression très strictes.

L'organisation compte des milliers de membres aux États-Unis, avec près de 11 «chapitres» rien que dans le Massachusetts, où s'est centré le coup de filet, selon M. Lelling.

Parmi les personnes arrêtées jeudi figurent deux grands responsables supposés de l'organisation dans le Massachusetts, Michael Cecchetelli, 40 ans, surnommé «King Merlin», et Esther Ortiz, «présidente du conseil de la couronne de la Côte Est» qui, selon le FBI a reconnu son appartenance au gang sur Facebook, a indiqué le bureau du procureur.

Les 62 personnes inculpées n'ont pas toutes été arrêtées: trois d'entre elles couraient toujours jeudi après-midi, selon le bureau du procureur.