/news/society

Dons d’organes au Canada: l’offre ne suffit pas à la demande

Agence QMI

Medical team performing operation

morganka - stock.adobe.com

Même si le nombre de transplantations a augmenté de 33 % depuis 10 ans, il y aurait toujours une pénurie d’organes au Canada, selon les dernières données publiées par l'Institut canadien d'information sur la santé (ICIS).

En 2018, 4351 Canadiens figuraient sur une liste d’attente pour une transplantation, selon les chiffres de l’ICIS. Au cours de la même année, 2782 transplantations d'organes ont été réalisées au Canada, tandis que 223 personnes sont décédées alors qu'elles attendaient une transplantation.

Le taux croissant de Canadiens au stade terminal de l'insuffisance rénale, qui a augmenté de 32 % au cours de la décennie, explique en partie le besoin accru de transplantations d'organes.

«Grâce à l'amélioration des pratiques en matière de dons d'organes au Canada, le nombre de transplantations a augmenté de 33 % en 10 ans, a indiqué Greg Webster, directeur des Services d'information sur les soins ambulatoires et de courte durée à l'ICIS. Pour la plupart des organes, le taux de survie des patients après cinq ans dépasse 80 %.»

L’une des raisons qui expliquent l’augmentation du nombre de transplantations est que de nombreux pays ont élargi leurs pratiques en matière de dons d'organes provenant de donneurs décédés qui, en plus des donneurs après diagnostic de décès neurologique (DDN), comprennent désormais les donneurs après diagnostic de décès cardiocirculatoire (DDC) - c'est-à-dire les donneurs dont le cœur a cessé de battre.

Ainsi, le nombre d'organes transplantés provenant de donneurs après DDC est passé de 42 en 2009 à 222 en 2018, ce qui représente une hausse de près de 430 %.

«Puisqu'il y a davantage de donneurs après DDC, le nombre total de donneurs au Canada a connu une hausse significative, ce qui a permis de réduire les temps d'attente, particulièrement pour les transplantations rénales et pulmonaires», a précisé le Dr Jagbir Gill, néphrologue transplantologue et professeur agrégé de médecine à l'Université de la Colombie-Britannique.

Le nombre de donneurs après une mort cérébrale a aussi augmenté, de 21 % entre 2009 et 2018. Il s'agit là d'une tendance encourageante puisqu'un donneur décédé peut fournir jusqu'à huit organes.

Les données publiées par l’ICIS révèlent également qu’en 2018 au Canada, il y a eu 555 donneurs vivants (personnes qui ont fait don d'un rein ou d'un lobe du foie) et 762 donneurs décédés. Le nombre de donneurs décédés a augmenté de 56 % entre 2009 et 2018, alors que le nombre de donneurs vivants est demeuré stable.

Les dons d'organes en chiffres

Chiffres provenant du rapport annuel du Registre canadien des insuffisances et des transplantations d'organes de l'ICIS (2018).

- Les reins (1706) et le foie (533) sont les principaux organes transplantés, suivis des poumons (361), du cœur (189) et du pancréas (57);

- Au 31 décembre 2018, les patients étaient plus nombreux à attendre pour un rein (3150) ou un foie (527), que pour un poumon (270), un cœur (157) ou un pancréas (156);

- 60 % des 762 donneurs décédés étaient des hommes. 63 % des 555 donneurs vivants étaient des femmes.

- En moyenne, trois organes utilisés pour une transplantation ont été prélevés chez les donneurs tous âges confondus et quatre chez les donneurs âgés de 39 ans et moins.

Dans la même catégorie