/regional/montreal/montreal

Du piégeage illégal dans des parcs

Geneviève Quessy | Journal de Montréal

GRACIEUSETÉ/REFUGE NYMOUSS

Des citoyens inquiets ont trouvé des castors pris dans des pièges posés dans des parcs montréalais dans les dernières semaines.

Même si la saison de trappe est ouverte dans la région depuis le 25 octobre, la réglementation montréalaise interdit le piégeage dans le réseau de ses grands parcs.

Éric Dussault, de Sauvetage Animal Rescue, n’en revenait pas lorsqu’il a dû rescaper un castor d’un piège le 26 octobre au parc Bellerive, dans l’est de l’île, à la suite de l’appel d’un citoyen.

«Bondé de monde»

«C’était bondé de monde, d’enfants, de gens avec des chiens, s’inquiète M. Dussault. Ça devait faire 2-3 jours que le castor était pris dans le piège d’acier, par la patte. C’est totalement inacceptable. La prochaine fois ça sera un chien, un enfant?»

Samedi dernier, Quentin Szumski a vu un castor en train de se noyer, pris dans un piège similaire, au parc-nature du Bois-de-l’Île-Bizard.

«Voyons, c’est un parc nature censé protéger les animaux. Le chalet d’accueil du parc était fermé pour l’hiver alors on a appelé SOS Braconnage, puis finalement, c’est la SPCA qui nous a dit de l’apporter. Mais le temps qu’on fasse un brancard, l’animal était mort.»

Selon l’agent de protection de la faune, François Laprise, le type de piège d’acier en forme de X dans lequel ont été trouvés les animaux est légal. Toutefois, ils n’auraient pas dû se trouver dans ces lieux-là.

GRACIEUSETÉ/REFUGE NYMOUSS

Interdit à Montréal

Il rappelle que le piégeage est le seul outil de gestion des populations de castors, qui causent parfois des dommages en faisant tomber des arbres ou en bouchant des ponceaux.

Même si la loi provinciale le permet, le piégeage est interdit dans les grands parcs par la réglementation municipale montréalaise. Cette interdiction s’applique dans le cas présent, affirme François Laprise.

«Dans le réseau des grands parcs, aucune activité de prélèvement de la faune n’est autorisée. Nous invitons la population à signaler le 311 pour déclarer la situation, en cas de semblables découvertes», confirme Linda Boutin, de la Ville de Montréal.

Elle souligne qu’aucune opération de capture de castors n’a été entreprise par la Ville dans ces deux parcs.