/regional/troisrivieres/mauricie

Le mur de l'ancienne usine Belgo en voie d'être rendu sécuritaire

Louis Cloutier | TVA Nouvelles

Le ministère des Transports (MTQ) a décidé de s'occuper lui-même de la sécurisation du mur de l'ancienne usine Belgo de Shawinigan, en Mauricie.

Juchés sur des nacelles et munis de marteaux, des travailleurs ont entrepris de sonder et de mettre à l'épreuve chacune des briques de la structure située directement sur le côté de la route 153. La construction remonte à un peu plus d'un siècle.

Ces derniers mois, des morceaux de la maçonnerie en voie d'effritement se sont détachés et sont tombés sur la chaussée. Dans un cas, une automobile a même été atteinte.

Comme Recyclage Arctic Béluga, qui est propriétaire du site de l'ancienne usine Belgo ne donne plus signe de vie, Transports Québec s'est prévalu des pouvoirs que lui confère la loi pour agir.

«Le ministère lui a envoyé un avis au début de l'automne lui demandant de poser des actions concrètes pour sécuriser la route. Étant donné qu'il n'y a pas eu de suite à cet avis-là, le ministère se prévaut de la Loi sur la voirie pour prendre les actions appropriées, procéder aux travaux et les facturer par la suite», a expliqué Roxanne Pellerin, porte-parole du MTQ.

La tâche fastidieuse devait à l'origine durer trois jours. Or, le ministère vient de les prolonger les travaux pour encore une semaine. Le site de l'ancienne usine Belgo est maintenant sous la gestion du ministère de l'Environnement, qui s'emploie à effectuer le nettoyage en surface et, éventuellement, la décontamination.

La détérioration du mur et le danger que cela fait peser sur les usagers de la route n'étant toutefois pas de sa compétence ni de celle de la Ville de Shawinigan, c'est vers Transports Québec qu'il a fallu de se tourner pour une intervention en bonne et due forme.

Éventuellement, le mur sera complètement démoli. Comme cette partie de l'usine se trouve à cheval sur la rivière Shawinigan, un expert avait déjà indiqué à TVA Nouvelles que le travail ne pouvait en théorie être réalisé qu'en hiver, une fois le cours d'eau gelé.