/news/society

Place du 6-Décembre-1989: un attentat «antiféministe», spécifie maintenant l'écriteau

Elsa Iskander | Agence QMI

TOMA ICZKOVITS/AGENCE QMI

Trente ans après la tuerie de Polytechnique, Montréal a décidé de nommer clairement le caractère antiféministe de l’attentat sur un nouveau panneau commémoratif installé à la Place du 6-Décembre-1989, située à environ un kilomètre de l’endroit où a été perpétré le massacre.

«Cette place a été nommée en mémoire des 14 femmes assassinées lors de l’attentat antiféministe survenu à l’École Polytechnique le 6 décembre 1989», peut-on lire désormais à l'entrée de l'espace vert au croisement du chemin Queen-Mary et de l’avenue Decelles, dans le quartier Côte-des-Neiges.

Le mot «antiféministe» ne figurait pas sur le panneau original installé en 1999. La nouvelle inscription dénonce spécifiquement toutes les formes de violence à l’encontre des femmes.

Plusieurs élus municipaux étaient présents jeudi pour souligner l’importance de nommer clairement la réalité.

Les victimes sont décédées «parce que le tireur détestait les femmes et les féministes», a affirmé Sue Montgomery, mairesse de l'arrondissement Côte-des-Neiges–Notre-Dame-de-Grâce.

«Nommer les violences telles qu’elles sont est un premier pas pour développer des mécanismes de prévention», a-t-elle poursuivi.

Encore aujourd’hui, «la violence faite aux filles et aux femmes malheureusement est encore trop présente», a pour sa part déploré la mairesse Valérie Plante. Elle-même dit recevoir régulièrement des menaces à caractère misogyne et violent.

«Mais je pense que c’est un pas dans la bonne direction de dire les mots: "un attentat contre les femmes, un attentat antiféministe ". Maintenant, on peut le dire haut et fort et agir», a poursuivi la mairesse.

«On rétablit les faits», a aussi fait valoir Lionel Perez, chef d’Ensemble Montréal.

En plus de changer les mentalités, il faut des changements législatifs, a soutenu Mme Plante, appelant au resserrement du contrôle des armes de poing et d’assaut à l’échelle pancanadienne.