/news/law

Un autre coach aurait touché et reluqué des ados

Jonathan Tremblay | Le Journal de Montréal

Un ancien entraîneur de hockey et avocat montréalais fait face à une quarantaine de nouvelles accusations de nature sexuelle, après une vaste enquête de la Sûreté du Québec déclenchée à l’été 2018.     

Samuel Beaugé-Malenfant, 26 ans, a comparu mercredi par visioconférence au palais de justice de Montréal, alors qu’il se trouvait à l’établissement de détention de Rivière-des-Prairies. Il avait été mis en état d’arrestation plus tôt en matinée, à Boucherville.     

L’an dernier, il avait été accusé de voyeurisme, de production et de possession de pornographie juvénile.     

L’investigation poursuivie par la structure de Gestion des enquêtes de crimes en série de la Sûreté du Québec (SQ) a permis d’ajouter 38 accusations.     

C’est une famille invitée à son chalet, en Estrie, qui l’a dénoncé, après avoir remarqué une caméra dissimulée dans la salle de bain.     

Les preuves trouvées sur place avaient été suffisantes pour que les autorités procèdent à son arrestation.     

Des hockeyeurs  

Grâce à l’analyse des appareils informatiques saisis, la SQ a découvert une trentaine de victimes alléguées de voyeurisme et deux pour contacts sexuels. Ces dernières étaient âgées de 14 ans au moment des faits.     

Six chefs de production de pornographie juvénile ont aussi été ajoutés.     

Beaugé-Malenfant a déjà évolué dans la Ligue de hockey junior AAA du Québec. Depuis 2012, il a dirigé des adolescents, notamment à Montréal.     

« Certaines des victimes font partie des jeunes qu’il entraînait », confirme la sergente Aurélie Guindon.     

L’accusé était inscrit comme membre du Barreau du Québec depuis 2016, mais il n’y apparaît plus. Il n’aurait pas exercé le droit depuis sa suspension du cabinet Prévost Fortin D’Aoust en août 2018, affirme une employée.     

Il a été libéré mercredi sous de strictes conditions. En plus de verser une caution de 4000 $, il doit entre autres respecter un couvre-feu, ne pas côtoyer des mineurs et se couper totalement d’internet d’ici la fin des procédures.     

Le dossier de Samuel Beaugé-Malenfant doit revenir devant le tribunal en janvier.     

– Avec Frédérique Giguère et Michaël Nguyen