/regional/quebec

Croisières: de nouveaux sommets pour le Port de Québec

Martin Lavoie | Journal de Québec

PHOTO PASCAL HUOT

La saison des croisières 2019 a permis au Port de Québec d’atteindre de nouvelles marques, notamment au chapitre des opérations d’embarquement et de débarquement, en hausse de 60%.  

Québec a reçu 236 715 visiteurs cette année, ont dévoilé l’Administration portuaire et l’Office du tourisme de Québec par voie de communiqué, aujourd’hui, lors de son bilan annuel. C’est un peu plus que les 230 940 de la saison record 2018.  

En tout, 150 navires se sont arrêtés à Québec, dont neuf en étaient à leur première visite.  

Logistique  

Il y a eu 22 opérations d’embarquement et de débarquement, comparativement à 14 la saison précédente. Pour le port, ces opérations sont plus complexes. Lors d’une simple escale les passagers quittent le navire pour quelques heures sans leurs bagages.   

L’embarquement et le débarquement, lorsque Québec est soit le point de départ ou soit la destination de la croisière, signifie, selon le port, la mobilisation du double du nombre des croisiéristes. Elle implique aussi la manutention des bagages.  

« Ce bilan constitue une source de grande fierté pour l’Administration portuaire de Québec », a précisé dans le communiqué Mario Girard, président-directeur général du Port de Québec.  

« En plus d’être reconnue comme la meilleure destination croisière Canada/Nouvelle-Angleterre par Porthole Cruise Magazine, Québec se démarque aussi comme port d’embarquement et de débarquement dû à son importante expertise logistique. C’est avec l’implication de plusieurs partenaires des croisières qu’ensemble, nous avons pu relever ce défi logistique de taille », a-t-il ajouté.  

Selon une étude réalisée avant le début de la saison 2017, l’industrie des croisières génère annuellement des retombées de 106 millions de $, dont 30 millions en dépenses des passagers.