/news/world

Des bananes retenues à un mur avec du ruban adhésif retiennent l’attention

Agence QMI

Coup fumant de l’artiste italien Maurizio Cattelan et son galeriste Emmanuel Perrotin cette semaine à la foire Art Basel Miami Beach: une œuvre récente de Cattelan, montrant une (vraie) banane collée à un mur à l’aide d’un ruban adhésif a été vendue à deux exemplaires pour 120 000 $ US chacun.

Le troisième exemplaire de l’édition de trois de cette œuvre intitulée «Comedian», qui n’avait pas encore été vendu, vendredi, partira à 30 000 $ US de plus, ont décidé MM. Cattelan et Perrotin.

Il pourrait s’agir de l’œuvre d’art qui fait le plus parler d’elle à cette foire d’art contemporain très courue par les collectionneurs, les galeristes et les amateurs d’art, a suggéré la chaîne américaine CBS.

L'artiste a eu l'idée de réaliser cette oeuvre il y a un an, alors qu’«il réfléchissait à une sculpture en forme de banane», a indiqué le galeriste ans un communiqué, ajoutant que «chaque fois qu'il voyageait, il apportait une banane avec lui et la suspendait dans sa chambre d'hôtel pour trouver l'inspiration». Plusieurs modèles ont été réalisés, en résine, puis en bronze, avant qu’il n’opte pour son idée de départ d’y aller avec une vraie banane.

Sur son site internet Emmanuel Perrotin, qui a plusieurs galeries à travers le monde, indique à propos de l’artiste que, «comme beaucoup d'artistes contemporains, c'est l'attitude de Cattelan qui décrit le mieux son œuvre, plutôt que le type de médium qu'il utilise». «D'un esprit frondeur, il pratique le paradoxe, la provocation, l'humour et l'ironie féroce [...].»

À CBS News, M. Perrotin a souligné que «le spectacle fait autant partie de l’œuvre que la banane».

Quant à l’artiste, il n’a donné aucune instruction claire aux acheteurs pour qu’ils sachent quoi faire lorsque la banane commencera à se décomposer. Le journal «Miami Herald» a toutefois rapporté que la banane peut être remplacée au besoin. L’œuvre vient avec un certificat d’authenticité.