/news/society

L'événement «le plus tragique de ma carrière»

TVA Nouvelles

14 femmes. 14 femmes abattues de sang-froid dans une université, parce qu’elles étaient des femmes. Après 30 ans, la tuerie antiféministe de Polytechnique demeure marquante pour le Québec.  

L’ancien journaliste Benoît Johnson s’en souvient comme de l’événement «le plus marquant et le plus tragique» de sa carrière.  

• À lire aussi: Jacques Duchesneau se rappelle «l’erreur importante» commise par la police  

• À lire aussi: Psychologue auprès des victimes, Hélène David se souvient  

• À lire aussi: Polytechnique Montréal: quelle place accorde-t-on aux femmes aujourd’hui?  

• À lire aussi: Polytechnique: cinq commémorations à Montréal  

• À lire aussi: Il y a 30 ans, l'horreur frappait  

Alors affecté à la couverture des faits divers à TVA Nouvelles, Benoît Johnson est arrivé sur les lieux à 17h40, une trentaine de minutes après les premiers coups de feu.  

«Rapidement on a su qu’il y avait des coups de feu à l’Université de Montréal, à la Polytechnique, mais c’était confus au début», se rappelle l’ancien journaliste.  

«On arrive sur place on sait qu’il y a eu des coups de feu, mais on ne sait pas qu’il y a eu des morts», ajoute-t-il.  

C’est seulement aux alentours de 22h, se remémore Benoît Johnson, que le bilan des 14 victimes a été connu.  

Voyez l'entrevue complète dans la vidéo ci-dessus.  

  

Dans la même catégorie