/regional/montreal/montreal

La STM forcée de louer des autocars

TVA Nouvelles

Voilà que la construction du Réseau express métropolitain (REM) engendre un casse-tête de plus pour la STM. 

C’est que dès le 6 janvier prochain, le transport en commun de 18 000 usagers sera perturbé en raison de la fermeture complète d’une partie de la ligne de train de banlieue de Deux-Montagnes. 

Pour pallier à cette fermeture, la Société de transport de Montréal avait promis 50 autobus pour transporter les usagers depuis et vers le centre-ville de Montréal. 

Mais comme la STM peine à fournir les 1425 autobus nécessaires pendant l’heure de pointe à Montréal, la société n’est pas en mesure de réaliser la promesse faite au REM. 

La STM devra donc louer des autocars pour accommoder les usagers du train de banlieue, mais elle n’a toujours pas trouvé de locateur pour ces autocars et, qui plus est, ignore le coût d’une telle mesure. Un nouveau rebondissement qui ne fait pas l’affaire du Syndicat du transport de Montréal. 

«Ça n’a pas de sens avec le budget qu’on a, qu’ils ne soient pas capables de faire le travail», a expliqué Gleason Frenette, président du Syndicat du transport de Montréal. 

Pour M. Frenette, il est temps pour la mairesse de Montréal, Valérie Plante, d’agir dans ce dossier. 

«La mairesse va devoir prendre des décisions. La mairesse est pro transport en commun, elle met l’argent qu’il faut. Mais le comité de direction prend des mauvaises décisions depuis des années. Tout conseil d’administration qui se respecte, quand la compagnie ne va pas bien, il y a des décisions qui sont prises parce que les actionnaires ne sont pas contents. Et bien les actionnaires de la STM, ce sont les contribuables de Montréal et du Québec au complet», a conclu Gleason Frenette. 

La STM se défend 

«La mairesse a salué le plan d’action de la STM. On trouve que la STM a pris ses responsabilités avec la nouvelle convention collective et au niveau de la location d’autobus pour pouvoir respecter ses engagements», a assuré Alain Legault, directeur des communications à la STM. 

La société s’est dite «surprise» des commentaires du Syndicat du transport de Montréal dans ce dossier. 

«Nous sommes surpris de la sortie virulente de la part syndicat. Le président [du syndicat] qui sort pour dénoncer l’incompétence de la STM, je trouve ça particulier», a ajouté M. Legault.  

Dans la même catégorie