/regional/montreal/montreal

Place aux jeux de société d’hier et d’aujourd’hui au Musée McCord

Étienne Paré | Agence QMI

Juste à temps pour Noël, le Musée McCord de Montréal revient avec sa traditionnelle exposition dédiée aux jouets. Pour sa 10e année, l'événement retrace l'histoire du jeu de société, une sortie qui saura plaire à toute la famille.

«Il y a des textes pour adultes, mais aussi pour les enfants», a assuré Caroline Truchon, chargée de projet aux expositions pour le musée.

Tous ces anciens jeux de Risk, de Battle Ships et de Monopoly dans les vitrines rappelleront sans l'ombre d'un doute d'heureux souvenirs aux parents.

Pendant ce temps, les petits, eux, seront complètement plongés dans un jeu de société grandeur nature, un concept qui n'est pas sans rappeler le film culte «Jumanji», avec Robin Williams.

Les jeunes visiteurs ont la mission de trouver des objets cachés à travers les artefacts exposés. De cette manière, ils sont aussi amenés à s'intéresser au côté éducatif de l'exposition.

On y apprend entre autres que le Scrabble n'aurait jamais vu le jour sans le krach boursier de 1929. Grâce à un chômeur qui avait un peu de trop de temps à perdre, des millions de gens à travers le monde ont trouvé le loisir idéal pour perdre le leur.

«J'en ai appris beaucoup en faisant cette exposition. Par exemple, le serpent et échelle a été inventé par des professeurs hindous pour enseigner la notion de bien et de mal. Ça a ensuite été repris par les Britanniques», a ajouté Caroline Truchon.

Des jeux de valeur

Les visiteurs de tous les âges seront aussi impressionnés par la charge historique de certaines pièces de la collection du musée.

C'est le cas d’un jeu d'échecs datant de 1940 qui recrée la bataille de Québec de 1690, gagnée par les Français. Le personnage de la reine est campé par la figure de Britannia du côté anglais alors que la Vierge Marie est la reine dans le camp français. Les rois sont incarnés par les généraux Phips et Frontenac, qui ont été à la tête de leur armée respective lors de ce moment historique.

«Notre plus vieil objet date de 1828. (...) Tous les jeux retenus doivent avoir été conçus ou au moins joués ici», a expliqué Mme Truchon, qui est toujours prête à recevoir des dons du public pour les prochaines expositions.

Celle de cette année se déroule jusqu'en mars prochain. On y attend environ 50 000 visiteurs.