/news/politics

Un projet de loi «bullshit» sur les tarifs d’électricité

Charles Lecavalier - Le Journal de Québec

Le gouvernement Legault a utilisé un troisième bâillon parlementaire pour forcer l’adoption de la loi modifiant les tarifs d’’électricité, qui enrichira Hydro-Québec au détriment des consommateurs, selon les partis d’opposition.  

«On a un gouvernement qui fait exactement le contraire de ce qu’il a dit. C’est juste de la “bullshit” quand il a dit aux Québécois : On va vous rembourser 1,5 milliard, puis qu’en bout de ligne il rehausse les tarifs, et qu’il en profite pour modifier, de façon substantielle, une institution indépendante», a critiqué le député péquiste Sylvain Gaudreault.      

Les députés vont siéger jusque tard dans la nuit de samedi à dimanche pour adopter le projet de loi 34. La pièce législative controversée gèle les tarifs d’électricité pour l’année 2020, puis les fixe à l’inflation. Elle redonne également 500 M$ aux consommateurs résidentiels, commerciaux et industriels sur la première facture de l’année 2020.  

Le gouvernement affirme qu’il règlera ainsi la question des trop-perçus. Il ne dit toutefois plus qu’il remboursera les 1,5 milliards perçus en trop sous les libéraux, ce qu’il dénonçait dans l’opposition.  

  

560 M$ de plus à payer      

Les organismes de défenses des consommateurs croient plutôt qu’Hydro-Québec va faire plus de profits. Les grandes entreprises comme ArcelorMittal, Alcoa, Rio Tinto ou Lassonde, par exemple, calculent que le projet de loi 560 M$ de plus sur cinq ans. « Les industriels savent compter », a dit Jocelyn B. Allard, président de ce lobby.      

Pour Sylvain Gaudreault, c’est Hydro-Québec qui est derrière la loi. Le monopole «se lève la nuit pour haïr la Régie». Il croit que le ministre de l’Énergie Jonatan Julien, s’est fait rouler «comme un pauvre type dans la farine».  

 Le chef libéral Pierre Arcand croit que c’est «un cadeau pour HQ et une perte considérable pour les consommateurs». Chez QS, on dénonce le bulldozage parlementaire. «Trois bâillons en six mois, j'appelle ça un déni de démocratie. M. Legault, vous n'êtes pas le P.D.G. de l'Assemblée nationale», a tonné Manon Massé.  

Le gouvernement gouverne      

François Legault a répliqué : il estime avoir l’appui des Québécois. «Les oppositions s’opposent. Le gouvernement prend des décisions et est jugé au bout de 4 ans», a-t-il dit. Il rejette du revers de la main l’analyse des groupes de défenses des consommateurs. À son avis, les Québécois seront gagnant en raison du gel de la première année et du 500 M$ redonné.  

Quant au bâillon, il était rendu nécessaire en raison du travail de sape de l’opposition. «C’est combien de temps, la démocratie? 1000 heures? 2000 heures? Moi, je pense qu’après 100 heures, les gens autour de la table ont dit ce qu’ils avaient à dire. Après 100 heures, il est temps qu’on passe au vote», a laissé tomber le premier ministre.   

Ce qu’ils ont dit :  

Pierre Arcand, chef de l’opposition : Selon le premier ministre, tout le monde a tort, sauf lui. Les groupes de consommateurs, les PME et les grandes entreprises, les experts.  

François Legault, premier ministre : «Tout ce qui est excessif est insignifiant. L'année prochaine, on va geler les tarifs, on va remettre 500 millions aux consommateurs, et, pour les années suivantes, ce sera l'inflation»  

Profs d'université, consommateurs, patronat, environnementalistes et think tank de gauche, la liste des opposants à la loi 34 est longue :  

Option consommateurs  

Union des consommateurs  

Association québécoise des consommateurs industriels d'électricité  

Fédération canadienne de l’entreprise indépendanteLa FADOC, un regroupement d’aînés  

Association québécoise de lutte contre la pollution atmosphérique  

Regroupement des organismes environnementaux en énergie  

Institut de recherche et d’information socioéconomique  

Association québécoise de la production d’énergie renouvelableAssociation de l’aluminium du CanadaConseil de la transformation alimentaire du Québec  

Des experts et professeurs d’université comme Jean-François Blain, Jean-Thomas Bernard, Sylvain Audette, Normand Mousseau, Pierre-Olivier Pineau  

Les anciens ministre de l’Énergie Guy Chevrette (PQ), Rita Dionne-Marsolais (PQ), François Gendron (PQ) et Pierre Moreau (PLQ)

Dans la même catégorie