/regional/montreal/montreal

Ensemble Montréal veut une «charte des usagers»

Elsa Iskander | Agence QMI

Joël Lemay / Agence QMI

Le parti municipal Ensemble Montréal souhaite que la Société de transport de Montréal (STM) se dote d’une «charte des usagers» pour définir certaines normes de service à respecter.

Celle-ci affirmerait le «droit à une offre de service qui respecte l’équité territoriale» et la possibilité «d'accéder facilement aux infrastructures de transport collectif».

Le document stipulerait aussi que les usagers peuvent s’attendre à un service ponctuel et courtois, offert dans un environnement propre et sécuritaire. On y préciserait également la nécessité d’informer adéquatement les citoyens.

Tous ces engagements devront être définis «de manière concrète et mesurable», et donner lieu à une reddition de comptes annuelle, suggère Ensemble Montréal.

Une motion à cet effet sera présentée le 16 décembre au conseil municipal par la leader du parti d’opposition, Karine Boivin Roy.

«On doit arrêter de prendre l’usager pour acquis, il serait temps de le traiter comme un client qu’on veut revoir», fait-elle valoir.

La Commission des transports de Toronto et TransLink, le réseau de transport de Vancouver, disposent déjà d’une charte des usagers.

Hausse des plaintes

Selon le rapport annuel 2018 de la STM, dévoilé au printemps dernier, quelque 46 000 plaintes ont été reçues, une hausse de près de 10 000 par rapport à 2017. Environ les deux tiers concernaient le réseau d’autobus.

La STM chiffre la ponctualité des bus à 77,4 % en 2019, soit en deçà de la cible de 80 %.

«La ponctualité des autobus est en baisse. Aucun usager de la STM ne devrait se dire: "Je vais partir 20 minutes plus tôt parce que c’est sûr que l’autobus va être en retard". C’est pourtant une réflexion courante à Montréal», déplore Mme Boivin Roy.

L’accès aux infrastructures est aussi problématique, selon elle. «Les portes de la STM sont lourdes et sont loin d’être automatiques à chaque station. C’est un problème pour les parents avec des poussettes, pour nos aînés et pour les gens dont la mobilité est réduite pour quelque raison que ce soit.»

Le conseiller indépendant Marvin Rotrand compte voter en faveur de la motion de l’opposition. «Cette année, 30 à 35 % des bus de la STM étaient hors service, jour après jour», ce qui dépasse la norme acceptable de 16 % et 18 %, relève-t-il.

Pas de commentaires

Valérie Plante n’a pas commenté la proposition de charte pour le moment. «Comme pour toutes les motions, on va prendre le temps d’en débattre en bonne et due forme au conseil municipal», a-t-elle dit lors d’une mêlée de presse en marge d’une annonce communautaire.

«Il faudrait d’abord analyser ce qu’une telle charte implique pour la STM», a fait savoir Philippe Déry, porte-parole de la Société, sans s’avancer davantage.

Selon la motion présentée, les utilisateurs du métro et des autobus de la STM ont droit à:

- Une offre de service qui respecte l’équité territoriale

- Une ponctualité respectée

- Un environnement propre

- Un accès facile aux infrastructures de transport collectif

- Une information adéquate

- Un environnement sécuritaire

- Un service courtois

Dans la même catégorie