/news/law

La troisième enquête préliminaire de René Kègle s'ouvre à Trois-Rivières

Charel Traversy | TVA Nouvelles

La troisième enquête préliminaire de René Kègle, cet homme accusé d'être au cœur d'une série de meurtres commis l'an dernier en Mauricie, s'est amorcée lundi au palais de justice de Trois-Rivières.

Cette fois-ci, l'enquête préliminaire s'intéresse au meurtre de Steve Lamy, cet entrepreneur en construction dont le corps a été retrouvé calciné dans sa voiture abandonnée sur un terrain vague de Trois-Rivières, en octobre 2018, aux côtés de celui de Jean-Christophe Gilbert. Kègle est aussi accusé du meurtre d’Ophélie Martin-Cyr, dont le corps a été retrouvé dans un champ de Yamachiche.

La salle d'audience était bondée, lundi, pour l'ouverture de l'enquête préliminaire. Plusieurs proches de Steve Lamy ont d'ailleurs assisté aux témoignages qu'ont livrés les quatre témoins appelés à la barre.

Jean-François Pagé, un ancien ami de longue date de la victime et une connaissance de l’accusé, a été le premier à s'adresser à la cour. Il a cependant affirmé qu'il n’avait plus de contact avec Steve Lamy depuis quelques années en raison d’un différend.

Un pathologiste et une technicienne en identité judiciaire ont également été questionnés par les avocats. La biologiste Maria Fiorello, spécialiste en analyse de taches de sang, a également témoigné par visioconférence.

René Kègle a démontré peu d’émotions dans le box des accusés. Il écoutait les témoignages en fixant le sol. Il a jeté à quelques reprises des regards dans la salle.

2e victime de René Kègle

Steve Lamy serait la deuxième personne à avoir péri des mains de René Kègle lors de sa virée meurtrière à l’automne 2018. L’homme de 50 ans aurait été tué quelques jours après Jean-Christophe Gilbert.

Le cadavre de Steve Lamy avait été retrouvé deux jours après sa disparition. La même journée, les policiers avaient aussi découvert le corps d’Ophélie Martin-Cyr.

Témoignage d’une présumée complice

L’enquête préliminaire pour le meurtre de Steve Lamy se poursuivra mardi avec le témoignage d’une présumée complice de René Kègle, Noémie Morin, qui avait été arrêtée en février dernier. Elle fait face à des accusations de meurtre par complicité, de séquestration et d’extorsion.

La preuve détaillée lors des enquêtes préliminaires sera rendue publique lors des différents procès. Une ordonnance de non-publication empêche présentement de dévoiler le contenu des témoignages.