/news/culture

Les Olivier: hommage émouvant pour Jean Lapointe

Marie-Josée R. Roy | Agence QMI

DOMINICK GRAVEL/AGENCE QMI

«C’est trop émouvant». Jean Lapointe refoulait ses larmes et avait la voix tremblante au sortir de la remise de prix hors d’ondes du Gala les Olivier, où on lui a rendu hommage, dimanche.

«Ça me rend heureux, mais ce n’est pas facile. Je suis un grand émotif. J’ai les émotions à fleur de peau!», a confié Jean Lapointe en retrouvant son fauteuil roulant après avoir foulé le tapis rouge des Olivier entouré de sa famille, sa statuette en main, quelques minutes après avoir été salué.

«Merci pour tout»

L’humoriste, comédien, auteur-compositeur-interprète et ancien sénateur célébrait ses 84 ans vendredi dernier, le 6 décembre.

Dimanche, on lui décernait le trophée «Merci pour tout», remis à un artiste pour son implication sociale et humanitaire, pour tout le travail investi dans la Maison Jean Lapointe et son œuvre.

En guise de coup de chapeau, l’animatrice du gala hors d’ondes, Mélanie Couture, a survolé les hauts faits du parcours de Jean Lapointe, et particulièrement sa contribution à l’aide aux gens atteints de dépendance (alcoolisme, toxicomanie, jeu).

Malheureusement, ce segment de la célébration n’était pas télévisé à ICI Radio-Canada Télé dimanche soir. L’an dernier, c’est Yvon Deschamps qui avait reçu l’Olivier «Merci pour tout».

«Ça fait chaud au cœur quand nos pairs nous reconnaissent», a souligné Jean Lapointe, qui s’attendrissait de surcroit de recevoir la décoration évoquant son regretté collègue Olivier Guimond.

«J’étais un grand ami d’Olivier Guimond. On a pris un coup ensemble, on a eu bien du plaisir... Il est mort trop jeune, Olivier. Mais, c’est la vie... Je suis très ému», a-t-il répété.

Questionné à savoir s’il aimerait travailler davantage devant la caméra, Jean Lapointe, toujours alerte, a répondu par l’affirmative. «Ça marche mal, mais ça marche bien!», a-t-il badiné au sujet de sa santé.

«Je marche avec une canne, a-t-il ajouté. Je peux marcher sans canne, mais quand ça me fait mal, je dois arrêter tout de suite. Je suis chanceux ; à 84 ans, avec tout ce que j’ai fait comme conneries dans ma vie, à mon prochain anniversaire, je vais avoir 107 ans!», a blagué l’homme.

Et que pense Jean Lapointe de l’industrie de l’humour en 2019?

«Ça progresse toujours. Les jeunes sont vraiment brillants», a-t-il laissé tomber.

Mot du coeur

Dimanche, Jean Lapointe était accompagné de sa conjointe des 17 dernières années, Mercedes Vincent-Lapointe, de son fils Jean-Marie, de sa fille Anne-Élizabeth et son petit fils Jean-Auguste, le fils d’Anne-Élizabeth.

«C’est extraordinaire que mon père soit honoré par ses pairs pour tout ce qu’il a fait pour les gens qui souffrent de dépendances», a mentionné Anne-Élizabeth Lapointe en entrevue.

«Mon père est assez autonome, et il est même monté sur scène tout seul [pour son discours de remerciements], a renchéri Jean-Marie Lapointe. Papa a pris la parole, et j’ai su par ma sœur qu’il n’avait rien préparé à l’avance. Il a laissé parler son cœur.»

Jean-Marie Lapointe jugeait par ailleurs très à-propos que l’industrie culturelle, par la voix de l’Association des professionnels de l’industrie de l’humour (APIH), qui chapeaute les Olivier, célèbre publiquement la mission de la Maison Jean Lapointe.

«Dieu sait qu’on a aidé beaucoup de gens de la colonie artistique, et des membres des familles des artistes, a spécifié l’animateur. Beaucoup de gens appelaient directement papa, ou ma sœur, parce qu’ils savent qu’elle est la fille de Jean Lapointe, pour informer qu’un collègue ou un ami à lui avait besoin d’aide. Ces thérapies se font dans l’anonymat. Cette reconnaissance par ses pairs et ses collègues, pour tout ce qu’il a fait en dehors de la "business", c’est un très beau prix.»