/news/law

Scandale des moteurs diesel: le fédéral poursuit Volkswagen

Agence QMI

Le gouvernement fédéral a déposé, lundi, pas moins de 60 accusations contre le constructeur de voitures allemand Volkswagen, en lien avec le scandale des voitures diesel truquées pour pouvoir passer haut la main des tests antipollution.

Du nombre, 58 accusations ont été déposées contre la filiale canadienne de l’entreprise pour de présumées violations de la Loi canadienne sur la protection de l'environnement entre janvier 2008 et décembre 2015. Pendant cette période, Volkswagen Canada a importé près de 128 000 véhicules non conformes au pays.

Deux autres chefs d'accusation ont été déposés contre la compagnie puisque celle-ci aurait fourni des renseignements trompeurs.

Cette série d'accusations fait suite à une «enquête rigoureuse et très approfondie» d'Environnement et Changements climatiques Canada qui avait été lancée dans la foulée du «Dieselgate», a expliqué le ministère lundi.

Le géant allemand avait reconnu, en 2015, avoir installé sur des millions de voitures équipées d'un moteur diesel un dispositif permettant de tromper des tests de pollution en abaissant momentanément les émissions d'oxyde d'azote de ses moteurs, pour les rendre conformes aux normes environnementales. Volkswagen avait admis ses torts et précisé qu'environ 11 millions de voitures truquées s'étaient retrouvées en circulation dans le monde.

Au Canada, Volkswagen a déjà versé un dédommagement de base de 1000 $ à tous les propriétaires, en plus de leur permettre de faire réparer leur voiture ou de la revendre directement à Volkswagen Canada. De plus, un dédommagement allant d'environ 5000 $ à 9000 $ a été versé aux propriétaires de voitures truquées, en fonction de l'âge et du kilométrage du véhicule.

Volkswagen Canada comparaîtra vendredi devant la Cour de justice de l'Ontario.