/news/law

Dentiste radié six semaines pour avoir intoxiqué une fillette

Valérie Fortin | TVA Nouvelles

Un dentiste de Jonquière est radié pour une période de six semaines par son ordre professionnel pour avoir prescrit un sédatif trop puissant à une fillette de deux ans. 

L'enfant s'est retrouvée gravement intoxiquée après que ses parents lui aient administré la dose prescrite par le dentiste. 

Les événements se sont déroulés en septembre 2016, mais le dentiste François Blackburn vient de recevoir sa sanction du Conseil de discipline de l'Ordre des dentistes du Québec. 

«Les gestes qu'il a posés sont graves et un tel type de conduite ne peut être toléré» peut-on lire dans la décision. 

Un appel pour une urgence

Le 3 septembre 2016, la mère de la fillette a contacté le dentiste François Blackburn pour une urgence. Son enfant s’était fracturé une dent en tombant à la maison. 

La mère et la petite se sont rendues à la clinique du Dr Blackburn à Jonquière, le lendemain, dimanche matin. 

Par contre, le dentiste a été incapable de l’examiner, car l’enfant refusait de collaborer. 

Le spécialiste a suggéré de faire prendre un sédatif oral à la fillette pour réussir à la calmer. Après discussion avec la pharmacienne, il lui a prescrit du Lorazépam, aussi appelé de l’Ativan.

Le père de l’enfant a administré la dose prescrite, un peu avant son rendez-vous, tel que demandé. Mais une fois sur place, le dentiste a constaté que le médicament ne semblait pas faire effet. Il a donc recommandé aux parents de lui faire prendre une autre dose, une plus petite quantité.

Malgré tout, l’enfant a refusé de collaborer. Mais quelques heures plus tard, son état de santé s’est détérioré. La fillette était pâle, somnolente et incapable de se tenir debout. 

Ses parents ont décidé d’aller consulter à une clinique médicale où elle a vomi à trois reprises sur le plancher. Gravement intoxiquée, elle a été transportée à l’urgence de l’hôpital de La Baie.

Troublés, les parents ont porté plainte contre le dentiste. Douze chefs d’infraction ont été retenus contre lui en lien avec le dossier de la jeune patiente. 

On lui reproche notamment d’avoir prescrit un médicament sans en connaître les effets sur un enfant, d’avoir établi un plan de traitement sans avoir examiné la patiente et d’avoir pris des radiographies de la bouche de sa patiente sans avoir recours à un tablier dentaire.

Le dentiste d’une vingtaine d’années d’expérience a plaidé coupable à l’ensemble des infractions. En plus de la radiation temporaire, il est également condamné à payer une amende de 18 500 $.

Les avocats du Dr Blackburn ont souligné que «c'est dans un contexte de malentendu avec la pharmacienne et d'urgence au téléphone que l'incident s'est produit».

Le conseil de discipline de l’Ordre des dentistes du Québec est d’avis que le spécialiste a tiré de réelles leçons de ce malheureux événement. Il a présenté ses excuses à la famille. Il a également suivi plusieurs formations en lien avec la médication chez les enfants, après l’incident. 

Le syndic de l’Ordre des dentistes du Québec parle d'un cas isolé. «Il s'agit d'une sanction juste et équitable en fonction de la nature des infractions», a déclaré le Dr Mario Mailhot du syndic de l'ordre, questionné par TVA nouvelles.

De son côté, le dentiste François Blackburn a refusé de répondre à nos questions.