/news/law

Le blogueur qui vénérait Marc Lépine prêt à se couper d’internet

Michaël Nguyen | Journal de Montréal

Le blogueur antiféministe qui faisait l’apologie du tueur de Polytechnique est prêt à se couper entièrement d’internet afin d’être remis en liberté sous caution.

«Ça fait partie des garanties qu’il peut offrir, avec le versement d’une caution et un suivi médical», a affirmé l’avocat de la défense Marc-Olivier Carrier, mardi, au palais de justice de Montréal.

Détenu depuis cinq jours, Jean-Claude Rochefort était de retour en cour, espérant être libéré en attendant son procès pour avoir «fomenté la haine envers les femmes».

Mais l’audience n’a pu avoir lieu, faute de temps. «C’est un dossier qui va durer plus longtemps que le temps habituel », a d’ailleurs expliqué la procureure de la Couronne Josiane Laplante.

L’enquête sur remise en liberté se tiendra donc demain, durant toute la matinée. La Couronne devrait plaider que libérer le septuagénaire minerait la confiance du public envers l’administration de la justice, tout en soulignant le risque de récidive chez Rochefort. Polytechnique Ce ne sont d’ailleurs pas les premiers démêlés de l’accusé avec la justice.

En 2009, il avait été arrêté pour avoir proféré des menaces à l’endroit des femmes, ce qui lui avait valu 50 semaines en détention. Cette fois, il a été arrêté la veille des commémorations de la tuerie de Polytechnique, où 14 femmes ont été assassinées le 6 décembre 1989.

«Sous le couvert d’un pseudonyme, Jean-Claude Rochefort a mis en ligne, sur son blogue, plusieurs articles faisant notamment l’apologie du responsable de la tuerie de Polytechnique, Marc Lépine», avait fait savoir la police de Montréal. Sous le pseudonyme « Rick Flashman », il aurait publié de nombreux messages antiféministes, parfois accompagnés de montages photo mettant en vedette Lépine avec une arme à feu dans les mains. Malgré tout, Rochefort ne désespère pas de rentrer chez lui. « Il se porte relativement bien, il est confiant en ses chances de sortir de prison », a assuré son avocat, qui le défend avec un mandat de l’aide juridique.