/news/politics

Legault appelle à la prudence avant de taxer les géants du web

Marc-André Gagnon | Journal de Québec

À l’heure où le Canada songe à imiter la France en taxant les géants du web (GAFA), le premier ministre François Legault a appelé à la prudence, au sortir d’une rencontre avec des dirigeants de Google, dans la Silicon Valley.  

Le ministre fédéral Bill Morneau a réitéré mardi l'engagement électoral pris par Justin Trudeau de taxer les revenus des géants du web à hauteur de 3 %, à l'instar de la France qui a annoncé une mesure similaire l'été dernier.  

«Ça serait un ordre de grandeur qui a du bon sens», considère M. Legault.  

Selon le ministre du Patrimoine, Steven Guilbeault, le gouvernement de Trudeau pourrait aller de l'avant « rapidement », a rapporté l'AFP, lundi.   

Balance commerciale positive  

«Il faut être prudent», a toutefois prévenu le premier ministre François Legault, qui entend en reparler avec M. Trudeau.  

Le gouvernement caquiste plaide plutôt pour une action concertée une fois que l’OCDE aurait complété son rapport sur la question.  

«On a une balance positive avec les États-Unis, a rappelé M. Legault. Donc on aurait beaucoup à perdre s’il y avait des représailles contre le Québec ou contre le Canada. Par contre c’est vraiment injuste actuellement que les impôts des compagnies GAFA soient seulement payés aux États-Unis.»  

En guise de représailles, les États-Unis menacent déjà d'imposer à la France jusqu'à 100 % de taxes sur les fromages français et des produits cosmétiques, par exemple.  

Le PM au «Googleplex»  

«Ce que je veux, c’est de ne pas prendre de risque inutile, a-t-il précisé. On parle de pays de l’OCDE qui taxeraient à partir de 2020 donc je pense que c’est important de le faire correctement.»  

M. Legault a débuté sa journée de mardi au «Googleplex», le siège social mondial de Google situé au cœur de la Silicon Valley.  

Il a notamment pu discuter en privé avec le vice-président principal aux affaires mondiales de Google, Kent Walker, et un représentant de la nouvelle plate-forme de jeux vidéo Stadia, Phil Harrison.  

«Pour moi, c’est important de rencontrer Google parce que Google a des projets au Québec», a déclaré le premier ministre, sans nommer lesquels, pour des raisons de confidentialité.  

On sait toutefois que le géant mondial du web lorgne des terrains agricoles de 94 hectares à Beauharnois, où 500 M$ pourraient être investis dans la construction d’un centre de données.  

Mardi après-midi, M. Legault doit aussi rencontrer le président de l’Université Stanfort, Marc Tessier-Lavigne, un Franco-Ontarien d’origine qui a fait ses études à McGill.  

«Pour moi c’est une vraie inspiration pour le projet Saint-Laurent et notre Silicon Valley du Nord», a dit M. Legault.