/news/politics

Aluminium: Blanchet demande des preuves

Émilie Bergeron

GEN-ÉLECTIONS-FEDERALES-BLOC

Joël Lemay / Agence QMI

Le chef bloquiste Yves-François Blanchet n’est pas rassuré par le discours du gouvernement Trudeau voulant que le nouvel Accord de libre-échange nord-américain (ALENA) ne fasse aucun sacrifice dans la protection des travailleurs du secteur de l’aluminium.

«Je veux voir dans le texte que la protection accordée à l’aluminium est exactement la même que la protection accordée à l’acier », a-t-il lancé avant de se rendre à la réunion de son caucus mercredi.

La veille, l’Association de l’aluminium du Canada estimait que son secteur avait été «laissé-pour-compte» dans les négociations. On argue qu’une définition trop vague de ce qu’est un produit de l’aluminium venant d’Amérique du Nord permet au Mexique de continuer de s’approvisionner au rabais auprès de la Chine.

Une définition plus stricte aurait été appliquée pour l’acier, plaide-t-on.

M. Blanchet demande à «voir le papier» et que «le même libellé» s’applique aux deux métaux sans quoi les 32 députés de son parti voteront contre la ratification du nouvel ALENA, rebaptisé Accord Canada-États-Unis-Mexique(ACEUM).

«J’entendais les commentaires de nos estimés collègues libéraux à l’effet que tout va bien et pourtant les syndicats sont loin d’être convaincus de ça [...] ainsi que des analystes économiques de premier plan», a ajouté le chef bloquiste.

Le premier ministre Trudeau a toutefois assuré que les producteurs d’aluminium ressortaient gagnants.

«On a des protections pour les producteurs d’aluminium. Ce sont de très bonnes nouvelles pour le Québec et pour les travailleurs de l’aluminium», a insisté le chef libéral avant la rencontre de son propre caucus.

Il semble reconnaître toutefois que des clauses différentes prévalaient pour l’acier et aluminium, évoquant «des différentes ententes par rapport à ça».

Dans la même catégorie