/news/politics

Entente avec les médecins spécialistes: loin du milliard promis

Charles Lecavalier | Journal de Québec

Le gouvernement Legault et les médecins spécialistes se sont entendus pour réduire progressivement leur enveloppe salariale de 560 M$. Il n’y aura toutefois pas de baisse d’honoraires: les spécialistes feront moins d’actes. 

• À lire aussi: Les médecins spécialistes acceptent l'entente de principe avec Québec 

Loin du milliard annuel promis en campagne électorale par François Legault, les sommes récupérés sont les suivantes: 148 M$ en 2019-2020, puis 280 M$, 403 M$ et enfin 560 M$ en 2022-2023. À cela s’ajoute près de 200 M$ de sommes non-récurrentes. Au total, le 1,6 milliard $ retiré de l’enveloppe restera en médecine spécialisée, et pourra par exemple permettre l’embauche et former du personnel de soutien pour ouvrir davantage les blocs opératoires. 

Les deux parties aux relations conflictuelles misent sur un nouvel acteur indépendant, l’Institut de la pertinence, pour éliminer des actes inutiles ou en plafonner d’autres. Ses décisions seront exécutoires. 

Voie de passage  

Ce sera leur «voie de passage», selon le président du Conseil du Trésor Christian Dubé, qui présentait mercredi les grandes lignes de l’entente en conférence de presse avec Diane Francoeur, présidente de la Fédération des médecins spécialistes du Québec (FMSQ). 

Toutes les données ne sont pas connues: l’entente sera rendue publique mardi prochain, et l’étude de l’Institut canadien d’information sur la santé (ICIS) sera annoncée en janvier. Il est clair toutefois que pour économiser, moins d’actes seront posés par les médecins. 

M. Dubé a justifié le recul sur la promesse d’un milliard par de nouvelles informations dévoilées par l’étude de l’ICIS, qui démontre que les médecins spécialistes sont désormais à égalité avec la moyenne canadienne. Il estime qu’en 2022-2023, leur rémunération sera à - 9 % sous la moyenne canadienne, pour «ajuster au coût de la vie». Cette prétention est contestée par la FMSQ, qui indique qu’il n’est pas possible de connaitre l’impact qu’auront ces ponctions sur le salaire réel de ses membres. 

Institut de la pertinence 

Au-delà du débat de chiffre, la création de l’Institut de la pertinence est le véritable «cœur de l’entente», selon Dr Francoeur. 

Cet Institut aura deux missions: trouver des économies en éliminant ou en plafonnant des soins jugés non pertinents ou en abolissant des primes. C’est également cet institut qui déterminera quoi faire avec les 1,6 milliard. «Toutes ces économies seront réinvesties dans le réseau pour améliorer l’accès en médecine spécialisée», a précisé M. Dubé. 

À la quatrième année, cet institut devra éliminer pour 240 M$ d’actes inutiles. Il pourra décider d’en abolir certains, d’en plafonner d’autres, et dans certains cas, de réduire des tarifs versés aux médecins, mais il devra alors avoir l’approbation de la FMSQ. 

Près de 200 M$ seront également récupérés en réduisant de 50% les sommes prévus pour l’arrivée sur le marché du travail de plus de médecins. Dr Francoeur, qui estime que cette entente est «le plus beau jour» de son mandat, espèce qu’elle pourra enfin tourner la page sur le dénigrement des médecins, qui sont tannés «de se faire traiter de voleurs».