/regional/troisrivieres/mauricie

Incursion dans l’urgence d’un centre hospitalier

Charel Traversy | TVA Nouvelles

Chaque jour en moyenne 180 patients franchissent les portes de l'urgence du Centre hospitalier affilié universitaire régional, à Trois-Rivières. Bref résumé de ce qui s’y passe un mercredi de décembre.

En ce milieu de semaine, le taux d’occupation sur civière a frôlé les 160 %, ce qui s’explique par un manque de lits. «Présentement, nous avons 19 patients qui attendent un lit à l'étage. Aujourd’hui, c'est un enjeu de fluidité», affirme Dr. Olivier Roy, chef de département de médecine d’urgence.

Chaque quart de travail, une soixantaine d'intervenants travaillent à l’urgence. Les équipes se préparent à faire face à la saison hivernale et les virus qu’elle apporte. Le vieillissement de la population a aussi un impact sur l'engorgement des lieux. Deux patients de plus de 100 ans ont été admis mercredi à l'urgence. «Il y a des journées où les dix premiers patients se sont des personnes de 80 ans et plus», mentionne Dr. Roy.

Les autorités de la santé rappellent d'ailleurs qu'en cas de virus, mieux vaut consulter d'abord son médecin de famille ou des ressources de première ligne. «Le premier réflexe ne devrait pas être celui d'aller à l'urgence surtout pour les virus d'hiver comme les otites, les bronchites et les sinusites. L’urgence, c’est davantage pour les cas extrêmes et instables. »

Il y a un an, une procédure de réorientation a été mise en place au triage. L’infirmière peut suggérer des alternatives aux patients qui ont des conditions non urgentes. Le délai de prise en charge pour les P4 et P5 est de moins de 5 heures.

L'indice d'activité grippale est présentement faible avec une tendance à la hausse. Le plus gros des cas de la grippe devrait survenir à la mi-janvier. Il n'y aura pas de clinique d'hiver en Mauricie, ce qui signifie que les groupes de médecine de famille (GMF) devront prendre en charge 800 consultations de plus chaque semaine.