/news/currentevents

Mont-Tremblant compte dissoudre son service de police

Agence QMI

CAPTURE D'ÉCRAN / TVA NOUVELLES / AGENCE QMI

Le service de police de la Ville de Mont-Tremblant sera vraisemblablement aboli prochainement, s'il n'en tient qu'aux élus municipaux qui ont voté en faveur de sa dissolution, mercredi soir.

Selon le magazine «Tremblant Express», le maire de Mont-Tremblant, Luc Brisebois, a justifié cette décision en faisant miroiter les économies que pourrait réaliser la Ville en se tournant vers les services de la Sûreté du Québec. Il a aussi reconnu que des conflits entre son administration et le service de police avaient envenimé le climat de travail.

En mars dernier, la Fraternité des policiers de Mont-Tremblant avait dénoncé que les agents du corps policier pouvaient être placés sous écoute dans une salle de réunion par la direction. Le syndicat avait aussi indiqué que près de trois policiers sur quatre faisaient l'objet d'une sanction ou d'une enquête disciplinaire.

La Ville avait annoncé en octobre dernier le lancement d'une consultation publique sur la desserte policière, un processus qui a mené au vote de mercredi soir.

Ces derniers mois, la Fédération des policiers et policières municipaux du Québec avait milité afin de tenter de convaincre la Ville de reculer sur son projet d'abolir le corps policier.

«Les élus sont avant tout des Tremblantois et ils ne peuvent que reconnaître la qualité des services de proximité offerts par le Service de police de la Ville de Mont-Tremblant, qui va bien au-delà de son mandat en s’impliquant généreusement dans la communauté», avait souligné le président de la FPMQ, François Lemay, par communiqué lundi.

Le dossier devrait maintenant être transmis au ministère de la Sécurité publique du Québec, qui évaluera le tout.