/news/world

Raïf Badawi entame une nouvelle grève de la faim

Agence QMI

Le blogueur saoudien Raïf Badawi a entamé une nouvelle grève de la faim, en compagnie de son avocat Waleed Abulkhair, afin de dénoncer ses conditions de détention en Arabie saoudite.

• À lire aussi: Washington demande à l'Arabie saoudite de libérer Raïf Badawi

• À lire aussi: Trudeau appelle à nouveau à la libération de Raïf Badawi

• À lire aussi: La femme de Raïf Badawi optimiste

Selon un message publié sur le compte Twitter officiel du militant des droits de l'homme emprisonné depuis un peu plus de sept ans, MM Badawi et Abulkhair ont été déplacés de la section générale pour être placés en isolement.

«Autant Raif que Waleed font une grève de la faim pour dénoncer leur traitement. Nous en appelons à la majesté le roi Salmane [ben Abdelaziz Al Saoud] pour qu'il intervienne et mette un terme à ces violations», peut-on lire dans le message, qui a été partagé par la conjointe de Raif Badawi, Ensaf Haidar, qui demeure à Sherbrooke.

Ce n'est pas la première fois que M. Badawi entame une grève de la faim, lui qui en a réalisé plusieurs au cours de sa détention au fil des années. En septembre dernier, il avait cessé de s'alimenter pendant quelques jours, jusqu'à ce qu'il reçoive une visite du superviseur de la Commission saoudienne des droits de l'homme.

Le militant saoudien avait été condamné, à la fin 2014, à 10 ans de prison et 1000 coups de fouet pour avoir insulté l'islam sur son blogue. Il avait reçu des coups de fouet en 2015, mais le reste de cette sentence a été suspendue depuis. Sa conjointe et ses trois enfants ont reçu l'asile politique au Canada.

Pour sa part, Waleed Abulkhair est un avocat saoudien qui se spécialisait dans la défense des prisonniers d'opinion, un travail qui l'a amené à écoper de 15 ans de détention.