/finance/consumer

Réduire sa facture d’impôt en étant généreux

Daniel Germain | Journal de Montréal

Canadian currency notes with perse Saving Concept

stockyme - stock.adobe.com

À la suite d’un don important effectué par une riche personnalité publique, beaucoup croient qu’il s’agit d’une stratégie fiscale pure et simple.

Oui, un don important donne droit à un allègement fiscal important, mais l’économie d’impôt ne représentera toujours qu’une fraction du don ; un philanthrope ne s’enrichira pas à signer des chèques au nom d’une fondation.

Ce n’est pas un privilège de millionnaires. Tous les contribuables peuvent se prévaloir des crédits d’impôt pour dons de bienfaisance. 

Lorsqu’on donne de l’argent à un organisme et qu’on demande ensuite au fisc de nous en rembourser une partie, c’est comme si on amenait le gouvernement à appuyer une cause qui nous est chère, à orienter son action. C’est de la vraie démocratie directe !  

L’aide aux personnes démunies, la recherche médicale, la culture, l’éducation, la protection des animaux et de l’environnement... des causes, il y en a pour satisfaire toutes les convictions.

Reçus pour fins d’impôt

Seulement, nous, les Québécois, n’avons pas développé une vision stratégique de la charité. 

Nous sommes de nature plus spontanée, nous répondons volontiers aux appels à la générosité qui nous sont lancés à la suite d’une catastrophe ou lors d’un événement comme La guignolée des médias.

Nous donnons 10 $, 20 $, 50 $ sur le coin de la rue, quelques fois par année, sans recevoir de reçu pour dons de bienfaisance. 

Nous aurions cependant plus d’impact à déterminer un poste budgétaire dédié à la charité, à réfléchir à la cause qui nous tient à cœur et à y concentrer nos efforts financiers... tout en exigeant des reçus pour fins d’impôt. Ce qui ne nous empêche pas de sortir un billet de notre poche à l’occasion pour quelqu’un qui tend la main ou de donner des denrées alimentaires en vue de garnir des paniers de Noël.  

Conseils

Pour les 200 premiers dollars de dons, le crédit d’impôt s’élève à 15 % au fédéral et à 20 % à Québec. Les crédits augmentent aux deux paliers de gouvernement sur les sommes supérieures. S’il donne 500 $ durant l’année, un Québécois dont le revenu est de 50 000 $ verra sa facture d’impôt allégée de près de 210 $.  

Il n’est pas obligatoire d’utiliser les crédits dans le même exercice financier que les dons ont été faits. Ils peuvent être appliqués au cours des cinq années suivantes. Il est plus avantageux de les utiliser quand les revenus gagnés au cours d’une année sont plus élevés. 

La liste des organismes autorisés à remettre des reçus pour dons de bienfaisance est publiée sur le site du gouvernement du Canada : www.canada.ca/fr/services/impots/bienfaisance.html.