/news/politics

Joël Lightbound «honoré» par sa nomination comme président du caucus du Québec

Stéphanie Martin | Journal de Québec

Joel Lightbound

Simon Clark/Agence QMI

Le député fédéral de Louis-Hébert, Joël Lightbound, est «honoré» d'avoir été nommé président du caucus du Québec et secrétaire parlementaire à la sécurité publique et compte s'attaquer aux dossiers de l'interdiction des armes d'assaut et de la peinture du pont de Québec.

La nomination du jeune député de 31 ans a été rendue publique jeudi. Le principal intéressé était ravi d'avoir été choisi par ses collègues députés du Parti libéral au Québec pour président le caucus. «Je pense que c'est une belle marque de confiance. Ça va me permettre de contribuer à faire porter plus loin la voix de la Ville de Québec et la voix du Québec au gouvernement. C'est un grand honneur.»

Pont de Québec

Il fait écho à la volonté du maire de Québec, qui a placé le dossier de la peinture du pont en haut de la liste de ses attentes envers la nouvelle équipe de Justin Trudeau.

M. Lightboud souhaite un règlement «le plus rapidement possible». «Le pont reste pour moi un dossier prioritaire. Les choses sont en train de se placer ici depuis l'élection. (...) Je l'ai dit publiquement à maintes reprises, la solution idéale passe par un rachat du pont de Québec.»

Il aura un rôle complémentaire avec Pablo Rodriguez, le lieutenant du Québec nommé par le premier ministre.

Armes d'assaut

En tant que secrétaire parlementaire à la sécurité publique, il compte s'attaquer aux armes d'assaut de type militaire. «C'est une question qui me touche particulièrement et qui m'est chère depuis longtemps. Je suis l'un de ceux qui sont pressés dans ce dossier-là et je le suis depuis un bon moment déjà.»

Il estime que son gouvernement sera prêt à agir rapidement pour les interdire partout au pays. Il est possible, dit-il, de trouver un équilibre entre les besoins des chasseurs et des agriculteurs, qui ont le droit de posséder des armes à feu, et la sécurité du public. «Ces armes (d'assaut) n'ont pas leur place dans un pays comme le Canada. Ce sont des armes qui sont faites pour tuer et elles n'ont pas lieu d'être permises au Canada.»