/finance

La possible fin du Publisac inquiète Cascades

TVA Nouvelles

Le Publisac fournit une matière première précieuse à l’entreprise québécoise Cascades. Cette dernière s’inquiète donc de la disparition de celui-ci.

Après être passés par le bac vert des Québécois, les papiers journaux et les circulaires sont transformés en différents produits comme des cartons pour les œufs, ou encore en emballage de fruits et légumes. Par ailleurs, Cascades est le principal fournisseur de porte-gobelets de McDonald’s.

«C’est sûr qu’on est préoccupés de voir la baisse des papiers journaux et des papiers circulaires dans notre approvisionnement», a dit Luc Langevin, président de Cascades Groupe Produits spécialisés.

 

La fin du Publisac forcerait ainsi cette entreprise à faire face à un défi économique. Il faudrait aller plus loin, jusqu’en Ontario ou aux États-Unis, pour aller chercher la matière première et celle-ci coûterait donc plus cher. M. Langevin ajoute aussi que l’impact environnemental serait plus grand s’il y a plus de transport.

Chaque année, Cascades recycle plus de deux millions de tonnes de circulaires et de journaux. La fibre de papier peut être recyclée jusqu’à sept fois. Cette ressource est indispensable pour deux usines de Kingsey Falls, dans le Centre-du-Québec, qui emploient 150 travailleurs.

Dans la même catégorie