/regional/estduquebec/basstlaurent

Le «F.-A.-Gauthier» reprendra du service le 20 décembre

Katia Laflamme | TVA Nouvelles

Le problématique «NM F.-A.-Gauthier» recommencera à assurer son service sur la traverse Matane-Baie-Comeau-Godbout le 20 décembre prochain si tout se passe bien, a annoncé jeudi la Société des traversiers du Québec (STQ).

Le navire quittera Lévis vendredi matin en direction de Matane. Pendant les prochains jours, les employés de la STQ procèderont à des tests en mer et à quai. Ces tests permettront au personnel navigant de se familiariser avec ce traversier, qui est hors service depuis un an.

Le premier départ est prévu le 20 décembre à 7 h 30 depuis Matane.

Le président-directeur général de la STQ se fait rassurant sur la fiabilité des propulseurs. «On a poussé les propulseurs à 100 % de leur capacité et tout s’est bien déroulé», a relaté Stéphane Lafaut.

Le PDG ajoute qu’«on est contents du comportement du navire».

Retour des liaisons aériennes

Pour assurer un service efficace aux usagers pendant la période des Fêtes, la STQ a pris la décision exceptionnelle de mettre une liaison aérienne complémentaire entre Mont-Joli, Baie-Comeau et Sept-Îles entre le 21 décembre et le 6 janvier.

Bris des propulseurs

Stéphane Lafaut a expliqué que des particules de métal ont été retrouvées dans l’huile qui sert de lubrification aux propulseurs. Ces particules seraient à l’origine de la dégradation des propulseurs azimutaux.

Cependant, la STQ ne veut pas dévoiler la provenance de ces particules, puisque des recours légaux pourraient être intentés contre des fournisseurs.

Coûts de cette saga

La facture totale de cette saga s’élève à 27,1 millions $, mais la STQ détient une assurance pour ces navires qui sert à dédommager certains bris. À date, l’assureur a versé 5 millions $ à la STQ.

Par ailleurs, les revenus des liaisons aériennes s’élèvent à 526 000 $. Ces revenus permettent de diminuer la facture totale.

Pour le moment, les coûts que doivent assumer la STQ et les contribuables québécois se chiffrent à 21,6 millions $.

Ce montant comprend les travaux effectués sur les propulseurs (10,3 millions $), l’affrètement de navires en remplacement (2,6 millions $), les liaisons aériennes (5,1 millions $) l’achat et la disposition du «NM Apollo» (5,5 millions $), les heures supplémentaires des employés de la STQ (1,9 million $), ainsi que les compensations pour les clients (391 000 $) et le soutien à l’industrie touristique (190 000 $).

Cependant, le coût d’achat du «NM Saaremaa 1» n’est pas inclus puisqu'il s'agit d'une acquisition en immobilisation associée au plan de relève de la STQ.

Dans la même catégorie