/regional/montreal/montreal

Montréal achète la pièce maîtresse du Grand parc de l’Ouest

Elsa Iskander | Agence QMI

gracieuseté, Twitter de Valérie Plante

La Ville de Montréal va acheter au coût de 73 millions $ un terrain de 140,2 hectares, dans l'arrondissement de Pierrefonds-Roxboro, qui fera partie du Grand parc de l’Ouest.

«Je vous annonce aujourd’hui l’achat de la pièce maîtresse du parc, le véritable joyau de la couronne», a fait valoir Valérie Plante, mairesse de Montréal, jeudi après-midi.

«C’est l’équivalent de 192 terrains de soccer, c’est immense!» a-t-elle ajouté.

Cet achat découle d’une entente avec le promoteur Grilli Développement. Un ensemble résidentiel était prévu antérieurement dans ces milieux naturels.

«C’est comme un cadeau avant Noël» pour les Montréalais, a dit Mme Plante.

En août dernier, la mairesse de Montréal avait annoncé son ambition de créer un immense parc municipal de 3000 hectares dans l’ouest de l’île, regroupant entre autres, les parcs-nature de l’Anse-à-l’Orme, du Bois-de-L’Île-Bizard, du parc agricole du Bois-de-la-Roche, du Cap-Saint-Jacques et des Rapides-du-Cheval-Blanc.

Des promoteurs immobiliers qui comptaient développer le secteur avaient répliqué avec une poursuite de 178 millions $. La mairesse ne s’est pas avancée sur les détails du litige.

«En cinq mois, mon administration a acquis plus de milieux naturels que dans les 15 dernières années», a indiqué Valérie Plante, qui voit le Grand parc de l’ouest comme «un legs pour les générations futures».

La semaine dernière, la Ville a donné le feu vert à l’achat, au coût de 1 million $, de deux terrains d’une superficie avoisinant 25 hectares, dans l’arrondissement de L'Île-Bizard-Sainte-Geneviève, destinés à faire partie du futur Grand parc de l’Ouest. En octobre dernier, l’acquisition de près de 10 hectares de milieux naturels à Sainte-Anne-de-Bellevue pour 5,1 millions $ avait aussi été approuvée.

Tel que projeté, le parc ne comporte pas uniquement des milieux naturels. Au moment de publier, la Ville n’avait pas précisé la superficie actuelle des milieux naturels déjà protégés et combien d’hectares restent toujours à protéger.

D’ici le printemps prochain, une consultation sur le projet aura lieu. Le budget 2020 de la Ville prévoit aussi 13,1 millions $ pour commencer à réaliser des aménagements.