/news/culture

Québec Issime: quand «Décembre» revient...

Samuel Pradier

Pour la 17e année, le spectacle «Décembre» de Québec Issime est de retour au Théâtre Maisonneuve de la Place des Arts avec tous ses classiques du temps des Fêtes. Et le public est toujours aussi présent et enchanté, comme on a pu le constater, jeudi soir, lors de la première de cette nouvelle saison.  

Le concept du spectacle reste toujours le même. À l’ouverture du rideau, le petit village traditionnellement installé au pied du sapin prend vie et s’anime alors qu’une petite neige folle tombe doucement. Les personnages ont tous le cœur à la fête et se saluent sur la place du village, en interprétant des chansons d’hiver. Puis, Monsieur le Curé (Marc-André Fortin) réunit sa chorale, avant de laisser la place à des patineurs motivés.  

Photo MARIO BEAUREGARD

Comme un calendrier de l’avent dont on ouvre les portes chaque matin, le spectacle est conçu en 12 tableaux qui rythment les derniers jours de l’année. On passe ainsi du temps d’hiver, à la préparation des festivités, aux retrouvailles en famille, puis à la soirée de Noël, autant dans les maisons du village que dans l’atelier du père Noël. Viendront plus tard les rigodons, la veillée du jour de l’An et la fameuse légende de la chasse-galerie.  

Une distribution parfaite  

Huit comédiens-chanteurs se partagent plus d’une soixantaine de chansons avec un talent impressionnant. Ils sont accompagnés de cinq jeunes enfants et d’une quinzaine de danseurs, qui mettent beaucoup de vie dans chacun des tableaux.  

Tous les grands classiques du temps des Fêtes sont interprétés par l’un ou l’autre des protagonistes, ou par les enfants. On retrouve notamment «Marie-Noël» de Claude Gauthier, «Demain l’hiver» de Robert Charlebois, en passant par les incontournables «L’enfant au tambour», «Le petit renne au nez rouge», «23 décembre» ou encore «Petit Papa Noël».

Photo MARIO BEAUREGARD

Pour la troisième année, Marc Hervieux est dans la troupe et représente un apport non négligeable. Sa magistrale interprétation de Minuit, chrétiens, tout en solennité et en voix, donne des frissons. On le retrouve également dans un nouveau duo - l’ajout de cette année - avec le jeune Marc-Olivier Bergeron, sur la musique de la chanson The Prayer, avec les paroles en français de Ginette Reno. Certainement le moment le plus beau et le plus émouvant de la soirée auquel la salle a réservé une ovation spontanée.  

Québec Issime avait annoncé, fin octobre, l’arrivée de Gabrielle Destroismaisons dans la distribution, mais cette dernière s’est finalement retirée, avant le début des représentations, «pour des raisons personnelles», selon l’attachée de presse du spectacle.  

Un charme suranné  

La production n’a pas lésiné sur les moyens pour ce spectacle majestueux. Pendant plus de deux heures, les décors se succèdent, les accessoires se superposent et les tableaux s’enchaînent sans temps mort.  

Photo MARIO BEAUREGARD

Spectacle familial par excellence, la magie de «Décembre» fonctionne encore et toujours, et nous plonge instantanément dans la nostalgie des Noëls d’antan. Pas étonnant que les salles soient encore pleines après 17 ans!  

«Décembre», la fresque musicale du temps des Fêtes, signée Québec Issime, est présentée au Théâtre Maisonneuve de la Place des Arts jusqu’au 29 décembre.