/news/politics

Mandat de grève des répartiteurs d’urgence

Agence QMI

Adobe Stockphoto

Inquiets pour leur situation, des répartiteurs médicaux d’urgence (RMU) des Laurentides, de Lanaudière et de la Montérégie menacent de déclencher une grève si leurs conventions collectives ne sont pas entérinées par le gouvernement.

Dans un communiqué, la Fédération des employés du préhospitalier du Québec (FPHQ) ne s’explique pas pourquoi le gouvernement Legault n’a toujours pas signé les conventions collectives des répartiteurs d’urgence que les travailleurs ont acceptées après quatre ans sans entente. Ils se sont d’ailleurs dotés, le 11 décembre dernier, d’un mandat de grève.

«La convention collective discutée en août 2019 est d’autant plus importante qu’elle assure, après quatre ans sans convention collective, une réelle amélioration des conditions de travail des RMU, ainsi que le paiement d’un salaire rétroactif qui remonte à 2015», a-t-on indiqué.

La Fédération accuse le ministère de la Santé et des Services sociaux de prendre en otage les répartiteurs médicaux d’urgence de ces régions administratives.

«Tout ce qu’on veut, c’est que le gouvernement respecte l’engagement qu’il a pris en août 2019, qu’il débloque les budgets déjà approuvés pour que l’on signe nos conventions collectives», a soutenu Daniel Chouinard président de FPHQ, précisant que le «vote de grève est le signe que les répartiteurs en ont assez avec les attentes et les silences».