/news/politics

Le ministre Roberge veut toujours serrer la vis aux futurs profs

Daphnée Dion-Viens | Journal de Québec

Simon Clark | Agence QMI

Malgré la pénurie d’enseignants dans le réseau scolaire, le ministre de l’Éducation, Jean-François Roberge, a toujours l’intention de serrer la vis aux futurs profs en rehaussant les critères d’admission dans les programmes universitaires d’enseignement.

C’est ce qu’a confirmé au Journal son attaché de presse, Francis Bouchard. Aucun échéancier n’a toutefois été précisé.

L’automne dernier, le ministre avait affirmé vouloir rendre obligatoire la réussite du Test de certification en français écrit pour l’enseignement (TECFEE) dès la première année du baccalauréat, plutôt qu’en fin de parcours.

«Pressé d’agir»

«On a l’intention de placer le test de français en début de baccalauréat, d’en faire une condition d’entrée et que les reprises se fassent strictement au cours de la première année. Ça va placer la barre assez haut», avait-il affirmé lors d’un entretien avec Le Journal, jeudi.

Le ministre Roberge veut toujours réduire le nombre de reprises autorisées à trois, alors qu’il est présentement illimité, a indiqué son cabinet. L’an dernier, M. Roberge s’était dit «pressé d’agir sur ce front». 

Or, un an plus tard, «le dossier est toujours actif sans toutefois avoir beaucoup évolué», affirme Serge Striganuk, président de l’ADEREQ, l’association qui regroupe les doyens des facultés des sciences de l’éducation des universités québécoises. 

Des réserves

Ce dernier émet toutefois des réserves sur le rehaussement des critères d’admission envisagé par le ministre, qui aurait pour effet d’écarter des étudiants plus faibles.

«On a déjà vu des étudiants qui se sont un peu accroché les pieds dans leur parcours collégial, mais qui se sont investis dans leurs études universitaires une fois qu’ils ont trouvé leur voie et qui sont devenus d’excellents enseignants», affirme M. Striganuk.

Les doyens réclament toutefois depuis 2016 de limiter à trois le nombre de reprises au TECFEE, afin de permettre un maximum de quatre passations.

Selon une recension effectuée par les universités, environ 1 % des étudiants ont besoin de plus de quatre tentatives avant de réussir le TECFEE.

Par ailleurs, Québec a annoncé cette semaine le lancement d’un programme de bourses d’excellence pour les futurs profs, afin d’attirer les meilleurs et de les inciter à compléter leur formation.