/regional/montreal/laurentides

De l’aide psychologique à cause des travaux du REM

Andy St-André | TVA Nouvelles

Une résidente de Deux-Montagnes préoccupée par la fermeture, dès le 6 janvier, de la ligne de train de banlieue Deux-Montagnes est à la recherche d'aide psychologique pour l'aider à surmonter cette épreuve.

Marie-Lyne Caisse l’avoue, elle traverse l’une des périodes les plus stressantes de sa vie. «J’en aurai plus de vie! Je ne sais plus quoi penser. J’ai l’impression d’aller droit vers un mur», s’est exclamée Mme Caisse en entrevue à TVA Nouvelles, dimanche.

Chaque matin, elle monte dans le train à la gare Deux-Montagnes afin de se rendre au travail. Dans trois semaines, son temps de transport doublera en raison des travaux d'aménagement du Réseau express métropolitain (REM), qui force le train de banlieue à cesser de rouler.

«Ce n’est pas six mois ou un an... Si ça avait été six mois, je n'en aurais pas fait de cas, mais quatre ans!» s’est indigné la nouvelle mère, qui a fait le saut en banlieue pour profiter de moments de qualité avec sa famille.

Cette dernière fait présentement des démarches pour obtenir un suivi psychologique pour elle et son conjoint.

Marie-Lyne Caisse est d’autant plus outrée des récents propos de la présidente du conseil d’administration d’exo, Josée Bérubé.

Lors d’une séance d’information portant sur les travaux du REM jeudi dernier, Mme Bérubé a, entre autres, suggéré aux quelque 15 000 usagers de la ligne de train de Deux-Montagnes et aux 3000 de celle de Mascouche affectés par le chantier d’engager quelqu’un pour cuisiner des repas ou de demander à leur employeur d’avoir une place au travail pour les enfants qui ne sont pas en garderie.

«Le fait qu’elle donne ces solutions-là, ce n’est tout simplement pas réaliste. Ça me fruste au plus haut point», a dénoncé Mme Caisse.