/news/society

Fraude de l'ARC: «si un appel semble douteux, raccrochez!»

Agence QMI

Stratagème populaire auprès des arnaqueurs, les fraudes commises par des gens se faisant passer pour des agents de l'Agence du revenu du Canada (ARC) continuent de faire de nombreuses victimes au pays, malgré les messages de prévention.

Il faut dire que les fraudeurs peuvent se montrer persuasifs. «Ils font des menaces aux gens et c'est intimidant. Les gens tombent dans le piège. Souvent, ce sont des gens plus âgés, qui ne sont pas au courant des manières, des fonctionnements [de l'ARC]», a souligné Josée Cabral, spécialiste de l'impôt supérieur chez H&R Block, en entrevue au «Québec Matin» dimanche.

Celle-ci a un conseil tout simple à offrir. «Si l'appel vous semble douteux, n'hésitez pas. Raccrochez. Prenez le numéro de téléphone de l'Agence du revenu et téléphonez-leur», a-t-elle suggéré.

«C'est très important de ne jamais divulguer certaines informations. Si quelqu'un vous appelle, on ne donne jamais notre numéro d'assurance sociale, notre date de naissance, notre adresse», a poursuivi Mme Cabral.

Si les arnaqueurs se montrent intimidants ou menaçants, ce n'est pas le cas du gouvernement, qui n'agit pas de la sorte. «Le gouvernement ne veut pas vous mettre en prison. Il ne veut pas vous faire de menaces. Il veut faire un arrangement de paiement avec vous. Mais, avant de faire un appel, il a déjà tenté d'envoyer trois, quatre, cinq lettres. S'il n'a pas de réponse, c'est là qu'il va essayer de communiquer par téléphone», a détaillé la spécialiste en rappelant que l'ARC ne communique généralement pas par téléphone ou par courriel avec les contribuables.