/finance

Un été payant pour les policiers du SPVM

Andy St-André | TVA Nouvelles

 Juin, juillet et août ont été des mois payants pour les policiers du Service de police de la Ville de Montréal (SPVM) affectés à la gestion de la circulation aux abords des chantiers.    

 TVA Nouvelles a appris que le nombre d'heures supplémentaires a grimpé en flèche cet été comparativement à la même période l'année dernière.    

 Uniquement pour ces trois mois où l'industrie de la construction tourne à plein régime à Montréal, la facture est passée de 1 793 594$ en 2018, à 2 662 456$ en 2019.   

 Selon les documents consultés, ce sont surtout les chantiers privés qui grugent le temps des policiers. Ils ont passé, cet été seulement, près de 9 fois plus de temps à gérer la circulation sur les chantiers privés que ceux de la Ville de Montréal.    

Tout temps supplémentaire réalisé par des policiers sur un chantier privé est entièrement facturé à l'entrepreneur, et est donc à coût nul pour la ville.   

 Les cadets-policiers, eux, ont moins travaillé   

 Les cadets sont débarqués dans les rues de la métropole en avril 2018, quelques mois après la signature de la plus récente convention collective des policiers de Montréal en octobre 2017.   

 Cette nouvelle convention permet notamment aux cadets inclut de gérer de la circulation près des chantiers.   

 À l'époque, l'objectif est clair: faire économiser des millions de dollars aux contribuables.    

 Or, les données que nous avons obtenues révèlent que les cadets-policiers qui effectuent la gestion de la circulation aux abords des chantiers de Montréal ont travaillé moins d'heures cet été.    

 28 444 heures ont été travaillées par les cadets pour les mois de juin, juillet et août 2018 et ce nombre a chuté à 18 109 pour la même période un an plus tard : une diminution significative du nombre d'heures travaillées.   

 Un cadet gagne environ 16$ l'heure alors que le salaire du policier atteint 60$ l'heure. Remplacer un policier par un cadet génère donc des économies substantielles pour Montréal.    

 Ne devient pas cadet qui veut    

 Bon nombre de critères de sélection doivent être respectés par les aspirants cadets.   

 • Priorité aux étudiants en techniques policières   

 • Être citoyen canadien   

 • Diplôme d'études secondaires    

 • Répondre aux exigences de l'accréditation sécuritaire    

 • Avec une connaissance fonctionnelle du français et une connaissance d'usage de l'anglais    

 • Détenir une expérience de travail ou de bénévolat      

 • Travail sur appel et en moyenne 35 heures par semaine    

 • Réussir un processus de sélection (entrevue, examen médical, enquête de sécurité/intégrité et formation)   

 Source: SPVM