/news/politics

Du pain sur la planche pour la ministre de la Justice en 2020

TVA Nouvelles

Soutien aux victimes d’agression sexuelle, comment éviter de nouveaux drames, protection des données personnelles et amélioration du système judiciaire seront notamment à l’agenda de la ministre de la Justice du Québec Sonia LeBel en 2020. En entrevue au Québec Matin, la ministre a fait le bilan de son ministère lundi.

Front commun pour soutenir les victimes

Depuis un an déjà, les partis politiques de l’Assemblée nationale se sont unis pour trouver des façons de mieux aider les victimes d’agressions sexuelles.

«On s’est rendu compte en discutant avec les victimes, et à partir de nos expériences personnelles que les victimes n’ont pas toujours l’envie ni le goût de porter plainte immédiatement», explique Sonia LeBel.

«Pourquoi elles se tournent vers les réseaux sociaux plutôt que le système de justice, se questionne-t-elle. Moi, j’ai vu dans ça, un signe très grand d’un manque de confiance dans le système. Il faut adresser cette question-là.»

La ministre cite l’exemple de Juripop, cliniques déployées cette année pour accompagner les victimes, mais réalise qu’il y a encore du travail à faire.

Éviter les drames

Si certains éléments relèvent du gouvernement fédéral, que peut faire le gouvernement du Québec pour éviter que des drames comme celui survenu à Pointes-aux-Trembles ne se reproduisent? Est-ce que le bracelet électronique est une solution à défaut d’un 810 (une interdiction de s’approcher d’une personne)?

«J’ai eu à en faire signer [des 810] comme procureure de la Couronne et je vous dirais qu’à chaque fois je me disais ‘est-ce que je fais une erreur?’ ‘Est-ce que je prends la bonne décision?’ On n’a pas de boule de cristal malheureusement», raconte Sonia LeBel.

Mais la ministre précise que le bracelet électronique est «de la nature d’une détention en droit criminel». Un élément qui rend plus difficiles les décisions dans chacun des cas.

Une réunion provinciale-fédérale des ministres de la Justice doit avoir lieu prochainement, a indiqué Mme LeBel.

Données personnelles

«Les données personnelles en 2020 c’est le pétrole de nos années pour ces compagnies-là», affirme la ministre d’emblée. C’est pourquoi elle compte donner plus de «mordant» à la commission d’accès à l’information et hausser les pénalités.

«On a aucune idée comme consommateur à quel point on est vulnérable et à quel point on laisse aller de l’information personnelle. [...] Il faut réfléchir à ça», poursuit-elle.

«De mon côté, ce qu’il faut que je fasse, c’est de rendre moins attrayante et plus difficile la mobilité de toutes ces données personnelles et hausser les standards de sécurité», dit-elle.

Système judiciaire

Si 2019 a été l’année des consultations dans le milieu de la justice, la ministre indique que 2020 sera l’année des projets.

«Je sais que ça semble être une évidence absolue, mais il n’y a pas juste un corps de police au Québec, il n’y a pas juste un palais de justice. Il faut que tout ça se parle, que tout ça soit plus agile, pour après ça être capable de s’en aller devant la greffière», mentionne Mme LeBel.

Écoutez l’entrevue intégrale avec Sonia LeBel au Québec Matin