/news/society

Des centaines de milliers d’accidents dans nos hôpitaux

Un rapport du ministère de la Santé révèle que des centaines de milliers d'accidents médicaux surviennent dans les CHSLD et hôpitaux de la province. Et ce nombre ne pourrait être que la pointe de l'iceberg.

Certains intervenants croient en effet que tous les événements ne sont pas rapportés.

Les chiffres sont pourtant impressionnants: entre les mois d'avril 2018 et mars 2019, on a recensé plus de 500 000 incidents et accidents dans les CHSLD et les hôpitaux du Québec. Les cas le plus rapportés sont les chutes (37%) et les erreurs de médication (26%).

Plus de la moitié des accidents impliquait aussi des personnes de 75 ans et plus (55%), dont la majorité était des femmes.

452 morts

En comparaison avec l'année 2018, il y a eu 2,5% moins de divulgation de la part du personnel médical. Malgré tout, on a enregistré davantage de pertes de vie en 2019.

Si 85% des événements n'ont pas eu de conséquences, les accidents médicaux ont malgré tout entraîné la mort de 452 personnes, soit 31 de plus que l'année précédente.

On indique que 62% des décès étaient reliés à des chutes. Trois décès sur quatre ont touché les 75 ans et plus.

Pas tous rapportés aux familles

Selon le Conseil pour la protection des malades, il y aurait à cet effet beaucoup plus d'événements qui ne sont jamais rapportés aux familles, alors que la loi l'oblige pourtant.

«Il y a des drames qui surviennent et [les familles] veulent savoir ce qui est arrivé. On ne leur dit pas et on bloque», a expliqué Paul Brunet, président de l’organisation.

Par exemple, le mois dernier, on découvrait la fin atroce qu’avait connue Thérésa Malo. La femme de 72 ans, qui était atteinte d'un cancer en phase terminale, n'a pas été gardée à la Cité-de-la-Santé de Laval parce qu'il n'y avait pas de lit pour elle. L'hôpital l'a transférée en taxi vers un CHSLD alors qu'elle était sans connaissance. Elle est morte quelques heures plus tard.

«Les gens devraient rapporter ce genre d'incident. C'est ce qui va permettre une amélioration. Il faut que ce soit dénoncé. Il faut qu'on en parle», a plaidé Caroline Dupuis, fille de Thérésa Malo.

«J'ai l'impression qu'on se dit que la vie de ces gens achève de toute façon. Est-ce que quelqu'un de 20 ans aurait subi le même traitement? Je ne crois pas», s’est-elle insurgée.

La ministre de la Santé, Danielle McCann, n'était pas disponible pour commenter le rapport. Sa collègue Marguerite Blais a décliné l’invitation de TVA Nouvelles.

Dans la même catégorie

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.