/news/society

Important épisode de smog au Québec

TVA Nouvelles et Agence QMI

GEN-METEO-SMOG

JOEL LEMAY/AGENCE QMI

Environnement Canada a émis des alertes pour plusieurs régions du centre et du sud du Québec, dimanche après-midi, en raison d’un important couvert de smog sur ces secteurs.    

Les régions de la Beauce, de Drummondville – Bois-Francs, Gatineau, de la Haute-Gatineau, Papineau, Lachute, Sainte-Jérôme, Lanaudière, Laurentides, Mauricie, Montmagny, Montréal, Laval, Québec, la Vallée-du-Richelieu, Saint-Hyacinthe, Vaudreuil-Soulanges, Huntingdon, sont visées par l’alerte.    

À lire également: Les 30 villes les plus polluées au monde  

«Les conditions atmosphériques sont susceptibles d'entraîner une détérioration de la qualité de l'air. Les concentrations élevées de polluants devraient persister jusqu'à lundi matin», indique Environnement Canada sur son site web.    

En milieu de soirée, la qualité de l'air continuait de se détériorer un peu partout au Québec, en raison de la présence d'une grande quantité de particules fines d'un diamètre inférieur à 2,5 microns (PM 2,5) dans l'atmosphère. Ces particules sont notamment générées par les moteurs à combustion et le chauffage au bois et au mazout. 

À 20 h, le ministère de l'Environnement faisait état d'un taux de 63 microgrammes par mètre cube d'air (ug/m3) à Québec. Or, la qualité de l'air est considérée comme mauvaise à partir de 50 ug/m3. 

Dans la métropole, plusieurs stations ont aussi capté de grandes quantités de particules fines, avec notamment des taux de 54 ug/m3 vis-à-vis l'échangeur Décarie et de 57 ug/m3 dans le secteur du Sud-Ouest, près de l'autoroute 15, à 20 h.  

Des stations de mesures en banlieue de Montréal ont aussi franchi légèrement le seuil de 50 ug/m3. 

Les particules fines peuvent avoir d'importantes répercussions sur la santé, puisqu'elles vont se loger profondément dans les poumons. «Les personnes les plus vulnérables, comme les jeunes enfants, les personnes âgées et les personnes atteintes de problèmes respiratoires ou cardiaques, pourraient être affectées. Pour cette raison, il leur est recommandé de diminuer leurs activités physiques à l'extérieur», indique d'ailleurs le ministère de l’Environnement sur son site internet. 

«L'hiver, les sources d'émissions locales, notamment le chauffage au bois et le transport, ont un impact immédiat sur la qualité de l'air que nous respirons. [...] N'utilisez pas votre foyer ou votre poêle à bois, sauf s'il s'agit de votre seule source de chauffage. Privilégiez des modes de transport moins polluants», a ajouté le ministère. 

Dans la même catégorie