/finance/homepage

Boxing Day: la pire journée pour acheter impulsivement

Agence QMI

Noël n’est pas encore passé que déjà, des milliers de Québécois ont en tête les aubaines du Boxing Day. Pourtant, pour bien des articles, ce n’est pas la meilleure journée pour faire des économies. 

«Il n’y a pas de meilleure journée pour aller magasiner. Il y a des soldes tout le temps. Pour savoir si le Boxing Day est meilleur que le Vendredi fou, que la vente du siècle ou que la vente du mois, il faut avoir surveillé l’évolution des prix», a conseillé Benoît Duguay, professeur titulaire à l’École des sciences de la gestion (ESG) qui s’intéresse aux questions de consommation. 

Bref, si vous comptez faire la queue devant les magasins le 26 au matin, vous devriez savoir exactement ce que vous allez acheter et ne pas errer, selon lui. Car en s’adonnant au lèche-vitrine, les étiquettes à l’encre rouge et la frénésie qui habite les centres commerciaux incitent aux achats compulsifs. 

«Le Boxing Day, c’est la pire journée pour acheter impulsivement. Tu n’as aucune idée si tu es en train de te faire avoir. Il y a des affaires qui ne sont pas moins chères», a-t-il insisté. 

Et que vous achetiez un article électronique ou un morceau de vêtement, on a autant de chance de tomber sur une arnaque que sur une occasion en or, a ajouté le professeur. 

Moins populaire qu’avant 

En fait, ses conseils sont les mêmes depuis que cette tradition a été importée du Royaume-Uni. 

Le plus gros changement, c’est que la vente d’Après-Noël est beaucoup moins courue aujourd’hui. D’abord, parce qu’elle a été ringardisée au profit du Vendredi fou, qui n’existait pas au Québec il y a encore quelques années. 

Deuxièmement, parce que l’arrivée du commerce en ligne a fait mal aux détaillants. 

«Mais il faut faire quand même attention. Le Boxing Day existe aussi en ligne. Encore, il faut vraiment bien regarder, parce que les vendeurs ne sont pas bêtes : ils mettent des rabais exclusivement sur internet et d’autres uniquement en magasin», a constaté Benoît Duguay. 

Malgré tout, le traditionnel Boxing Day n’est pas près de disparaître. 

«Ça va rester dans le folklore», prédit-il. 

 

Dans la même catégorie