/finance/homepage

Appel à un front commun des retraités contre Power Corporation

Alexandre Faille | TVA Nouvelles

Capture d'écran TVA Nouvelles

Un ancien employé du quotidien sherbrookois La Tribune appelle les autres retraités du Groupe Capitales Médias à ne pas se battre contre les employés actuels, mais à plutôt faire front commun contre Power Corporation. 

• À lire aussi: Les retraités de Groupe Capitales Médias ne baissent pas les bras 

• À lire aussi: Feu vert au plan de relance des journaux de Groupe Capitales Médias 

• À lire aussi: Fonds de retraite: la CSN blâme Power Corporation 

Mario Goupil, qui a travaillé durant 38 ans pour l’entreprise des frères Desmarais, a jugé dans une publication diffusée sur Facebook lundi que ces derniers sont les véritables fautifs de la déroute des régimes de retraite de Groupe Capitales Médias.   

«Les seuls responsables de tout cela, à mes yeux, ce sont les Desmarais. Paul junior et André. Ils viennent d’annoncer qu’ils s’en vont à la retraite. Chacun part avec quelques centaines de millions de dollars dans ses poches. Honteux. Oui, honteux, parce que moralement, ils nous doivent la cinquantaine de millions qui manquent à nos fonds de pension», écrit M. Goupil.   

  

Mario Goupil

TVA Nouvelles

Mario Goupil

  

Le plan de relance des six quotidiens entériné lundi par le juge Daniel Dumais prévoit que les retraités devront céder 30 % de leur fonds de pension et renoncer à d’éventuelles poursuites contre les coopératives nouvellement formées et leurs investisseurs. Rappelons que les caisses de retraite du Groupe Capitales Médias affichent un trou de 65 millions $.   

Des associations de retraités de quatre des six quotidiens ont déjà signalé leur intention de porter la décision du juge Dumais en appel, notamment sur la question des quittances. Leur avocate, Me Estelle Tremblay, estime avoir décelé des erreurs de droit «fondamentales» qui permettent aux retraités d’en appeler.   

Ces quittances étaient essentielles à l’investissement des syndicats de la CSN et de la FTQ dans le plan de relance. Pour Me Tremblay, les retraités ont carrément été trahis par les centrales syndicales.   

«Front commun»   

Or ce n’est pas aux employés actuels, qui transformeront les quotidiens en coopératives, d’être tenus responsables, insiste Mario Goupil dans sa publication.   

«Il ne faut pas que les retraités et les employés actuels des quotidiens se battent entre eux comme cela vient de se faire. Il faut faire front commun et obliger les Desmarais à nous rencontrer. Les obliger à nous expliquer. Les obliger à réagir publiquement. Leur demander comment ils font le soir pour s’endormir», clame le retraité de La Tribune de Sherbrooke.   

  

  

Gesca, une filiale de Power Corporation, a vendu les six quotidiens régionaux du groupe de presse – Le Soleil (Québec), La Tribune (Sherbrooke), La Voix de l'Est (Granby), Le Droit (Ottawa), Le Nouvelliste (Trois-Rivières) et Le Quotidien (Chicoutimi) – à Martin Cauchon en mars 2015 pour former Groupe Capitales Médias. La dette des régimes de retraite était incluse dans la transaction.   

Power Corporation, qui était l'administrateur de la caisse de retraite, affirme qu’elle n’avait aucune obligation légale envers les régimes de retraite et qu’aucune de ses sociétés n’est impliquée dans la gestion des fonds depuis la transaction en 2015.   

  

Dominic Chan / Agence QMI

  

Le 11 décembre dernier, des centaines de retraités du Groupe Capitales Médias se sont rendus devant les bureaux de Power Corporation, à Montréal, pour demander des comptes. La multinationale avait alors refusé de les rencontrer, si bien que l'entreprise a retiré les poignées de porte de son siège social.   

Les deux cochefs de Power Corporation, Paul Desmarais Jr et André Desmarais, sont récemment partis à la retraite et profiteront d’une rente avoisinant les 1 800 000 $, à laquelle il faut ajouter l'équivalent d'un demi-milliard de dollars d'actions de Power et de ses filiales.

Dans la même catégorie