/news/politics

Du pain sur la planche pour les troupes de Legault

Patrick Bellerose | Journal de Québec

DIDIER DEBUSSCHERE/JOURNAL DE QUEBEC

«Attachez vos ceintures, ça va continuer», a prévenu le premier ministre François Legault à la fin de la dernière session parlementaire. Protection de la langue française, plan d’action en environnement, changement du mode de rémunération des médecins de famille et révision de la réforme ratée du PEQ : le gouvernement caquiste aura du pain sur la planche en 2020.    

Protection de lalangue française  

Simon Jolin-Barrette

Photo d'archives, Simon Clark

Simon Jolin-Barrette

François Legault a confié un vaste chantier de protection de la langue française à son ministre vedette Simon Jolin-Barrette, qui pourrait aller jusqu’à une réouverture de la loi 101. Son mandat demeure flou, mais le jeune politicien aura la mission de mettre en œuvre le rapport de sa collègue députée Claire Samson afin de faire de la francisation des nouveaux arrivants une « priorité nationale ». À la fin de la session, la CAQ s’est également montrée ouverte à étendre l’offre de francisation à tous les Québécois, notamment la minorité anglophone historique.       

Rémunération des médecins de famille  

Doctor writing out RX prescription

Photo Fotolia

Après s’être entendu pour diminuer l’enveloppe salariale des médecins spécialistes, le gouvernement caquiste veut revoir le mode de rémunération des omnipraticiens. Plutôt que d’être rémunérés à l’acte, ceux-ci seraient désormais payés en fonction du nombre de patients pris en charge. Ainsi, Québec souhaite qu’un médecin de famille délègue plus de tâches aux autres professionnels de la santé sous sa supervision, particulièrement les superinfirmières. Les négociations risquent toutefois de ne pas traîner en longueur : le premier ministre a déjà brandi la menace d’une loi spéciale qui pourrait être déposée dès le début de l’année.       

Plan en environnement  

pollution usines

Photo d'archives, Simon Clark

 « Les sceptiques vont être confondus en environnement », a promis François Legault au sujet du plan que son gouvernement déposera cette année pour réduire les émissions de gaz à effet de serre (GES) de la province. « Ce sera un moment fort de l’année 2020 », assure le premier ministre. Le Québec a raté ses cibles de réduction des GES pour 2020, mais le gouvernement Legault s’est engagé à respecter l’engagement du Québec de diminuer ses émissions de 37,5 % en 2030 par rapport au niveau de 1990. De plus, le ministre de l’Environnement doit annoncer la mise en place de la consigne pour les bouteilles d’eau et de vin.       

Réparer le fiasco du PEQ  

  

etudiants immigration

Photo d'archives, Simon Clark

Simon Jolin-Barrette aura une année chargée. Outre le plan de protection de la langue française, il devra présenter une version révisée de sa réforme du Programme de l’expérience québécoise, qui offre aux étudiants et travailleurs étrangers une voie rapide vers la résidence permanente. De l’aveu même du premier ministre, la première mouture présentée cet automne était mal ficelée. La liste des programmes d’enseignement qui donneront désormais droit au processus accéléré était basée sur des données vieilles de deux ans. Les chambres de commerce et les établissements d’enseignement supérieur s’étaient également plaints de ne pas avoir été consultés. Sur la photo, les trois groupes de l’opposition avaient tenu un point de presse à l’Assemblée nationale au sujet de la réforme du Programme de l’expérience québécoise en compagnie d’étudiants étrangers, le 5 novembre dernier.        

Combien coûtera le troisième lien  

  

François Bonnardel

Photo d'archives, Simon Clark

François Bonnardel

Le ministre des Transports François Bonnardel dévoilera cette année le coût du futur pont-tunnel entre Québec et Lévis lors du dépôt du dossier d’affaires. Au moment de présenter son tracé, en juin dernier, M. Bonnardel avait refusé de dévoiler la fourchette de prix envisagée. « Les modalités précises quant au type de tunnel, au nombre de voies et au transport en commun continuent d’être étudiées et seront connues ultérieurement », avait-il expliqué. La facture devrait s’élever à au moins 4 milliards $, selon le professeur Bruno Massicotte de l’école Polytechnique. Québec affirme avoir besoin du financement fédéral pour réaliser le projet et ne ferme plus la porte à un péage pour financer l’infrastructure.       

Réponse au vol de données chez Desjardins  

Sonia Lebel

Photo d'archives, Simon Clark

Sonia Lebel

 Pour répondre à la fuite de données personnelles de 6,2 millions de dossiers chez Desjardins, trois ministres caquistes feront adopter des projets de loi visant à mieux protéger les Québécois. Tout d’abord, il sera bientôt possible de demander un gel du crédit après un incident. Ensuite, le ministre Éric Caire doit créer une « identité numérique » qui permettra aux citoyens d’accéder aux services gouvernementaux de façon plus sécuritaire. Mais la principale réponse à la fuite de données historiques viendra de la ministre Sonia Lebel, qui viendra encadrer la façon dont les entreprises privées, les organismes publics et les partis politiques protègent nos informations sensibles.          

Affrontement en vue avec les syndiqués  

Quebec

Photo d'archives, Stevens LeBlanc

Tout est en place pour un affrontement entre Québec et les employés de l’État dans le cadre de la renégociation de leurs conventions collectives. Pour une rare fois, les grandes centrales syndicales ne feront pas front commun et le gouvernement a annoncé que les enseignants et les préposés aux bénéficiaires obtiendront plus que les autres corps d’emplois. Sur la ligne de départ, les positions des deux camps sont difficilement conciliables : Québec offre moins que l’inflation, alors que les syndicats réclament beaucoup plus. Sur la photo ci-dessus, des fonctionnaires aux abords de l’édifice gouvernemental Marie-Guyart, à Québec, en septembre dernier.       

Des chefs pour le PLQ et le PQ  

Dominique Anglade

Photo d'archives, Simon Clark

Dominique Anglade

La CAQ a eu la partie facile depuis son élection avec deux oppositions affaiblies par l’absence de chefs permanents. Les courses à la chefferie seront l’occasion pour le PLQ et le PQ de brasser des idées et de redéfinir leurs partis après les dures défaites électorales du 1er octobre 2018. Au Parti libéral, la députée Dominique Anglade et le maire de Drummondville Alexandre Cusson sont sur les rangs pour succéder à Philippe Couillard. Du côté du Parti québécois, seul le député Sylvain Gaudreault a officiellement annoncé sa candidature. L’ex-candidat Paul St-Pierre Plamondon et l’historien Frédérick Bastien ont également signalé leur intérêt.        

Aussi :   

- Dépôt de deux importants projets de loi pour réformer le droit de la famille, notamment en encadrant le rôle des mères porteuses.       

- Adoption du projet de loi sur l’abolition des commissions scolaires.       

- Mise sur pied dans la foulée du drame de Granby, la commission Laurent sur notre système de protection de la jeunesse doit déposer son rapport au plus tard le 30 novembre 2020.       

- Accorder aux parents adoptants le même nombre de congés parentaux que ceux offerts aux parents biologiques.