/news/society

L’événement de la décennie: la tragédie de Lac-Mégantic

Agence QMI

La tragédie de Lac-Mégantic restera à tout jamais gravée dans la mémoire des Québécois. 

Grâce aux résultats d’un sondage réalisé auprès des responsables de l’information chez Québecor, l’Agence QMI a décidé d’en faire son événement de la décennie au Québec et au Canada. 

Tout commence vers 1h du matin dans la petite ville de Nantes, lorsque les freins manuels immobilisant un train de la Montreal, Maine & Atlantic cèdent. Le convoi, sans conducteur, s’ébranle et file à toute allure vers Lac-Mégantic, toute proche. 

Voyez notre dossier «Nuit d'horreur à Lac-Mégantic»

Le train est composé de 72 wagons-citernes remplis de 7,7 millions de litres de pétrole. Il déraille en plein centre-ville de Lac-Mégantic. Un déluge inimaginable de flammes et d’explosions détruira une quarantaine d’édifices dans un rayon de 2 km carrés. Le brasier est d’une telle intensité que les dépouilles trop calcinées de sept victimes ne pourront jamais être identifiées. 

On évaluera les dommages par la suite à 1,5 milliard $. C’est le pire accident ferroviaire de l’histoire du Canada. 

La majorité des 47 victimes, une trentaine d’entre elles, se trouvait au Musi-Café. Les clients de l’établissement profitaient de la chaude soirée d’été pour goûter au plaisir de se retrouver en bonne compagnie. 

À la faveur d’une pause, Maude Verreault, une serveuse du café, sort à l’extérieur pour aller fumer. C’est alors qu’elle voit le train arriver à toute vitesse. 

«Je me suis mise à courir. J'entendais les explosions derrière moi», a-t-elle raconté à TVA Nouvelles. 

«C'était tellement fort, ça me poussait, la chaleur dans le dos. J'ai couru jusqu'à ce que ça ne brûle plus, je me suis retournée et j'ai vu que tout était brûlé.» 

Les nombreux pompiers et secouristes venus de partout dans la région et même des États-Unis prendront quatre jours pour maîtriser le gigantesque incendie. 

Les images dramatiques des explosions et des flammes feront le tour du monde. 

Courage et résilience 

Une figure, dont le courage et la résilience devant l’indicible impressionnent, émerge de la tragédie. C’est celle de la mairesse de la ville, Colette Roy-Laroche. On la voit aux premières lignes, auprès des secouristes et des victimes, et répondant aux questions lors des multiples points de presse. 

«Dans tout ce que j’ai vécu dans ma vie, la tragédie de Lac-Mégantic, c’est à peu près ce que j’ai vécu de plus difficile et, en même temps, c’est à peu près ce que j’ai vécu de plus beau face à la solidarité des gens, face à l’entraide et à la générosité», racontera-t-elle par la suite. 

Grâce aux efforts et au dévouement de tous, Lac-Mégantic a été reconstruite. Mais il est resté une grande cicatrice, un douloureux rappel. La ligne de chemin de fer traverse toujours la ville. 

Plus de six ans après le drame, la construction promise de la voie de contournement n’a toujours pas commencé. Selon l’échéancier prévu, les travaux devraient néanmoins démarrer en 2020 et se terminer en 2022. 

Les trois employés de la Montreal, Maine & Atlantic impliqués dans l’accident ont échappé au courroux de la justice. Ils ont été déclarés non coupables des accusations criminelles qui pesaient contre eux dans le cadre d’un procès devant jury en janvier 2018. 

Aucune accusation de négligence n’a été portée contre la Montreal, Maine & Atlantic, a finalement décidé en avril 2018 le Directeur des poursuites criminelles et pénales du Québec.

Dans la même catégorie