/news/currentevents

Une policière escalade des balcons pour le sauver

Kathryne Lamontagne | Journal de Québec

Joël Lemay / Agence QMI

N’écoutant que son courage, une policière d’Arthabaska a escaladé les balcons extérieurs d’un immeuble pour porter secours à un homme qui se trouvait dans un état critique.  

L’agente Daisy Pedneault était appelée à intervenir, le 1er mai dernier, dans un immeuble de six logements de Victoriaville. Un appel avait été fait au 911 par un collègue de Pierre Trottier, inquiet de l’absence au travail de son ami, qui souffre de diabète.

Sur place, la policière de la Sûreté du Québec est rejointe rapidement par son supérieur. Après diverses observations, le duo ne constate aucune présence humaine dans l’appartement ciblé, situé au dernier étage de l’immeuble. Malgré cela, l’agente Pedneault tient à vérifier l’intérieur du logement.

« On avait pensé défoncer la porte pour pouvoir entrer, étant donné l’inquiétude de l’ami de M. Trottier. Mais c’était une grosse porte capitonnée », explique la patrouilleuse. La propriétaire de la bâtisse avait aussi été contactée, mais elle ne pouvait se déplacer rapidement sur les lieux avec les clefs.

Escalader

Face à la situation, Daisy Pedneault décide d’escalader les balcons afin d’accéder à la porte extérieure du logement. « J’ai sauté sur un petit toit de la porte principale, pour sauter sur les balcons et arriver à l’appartement de M. Trottier », explique celle qui avait de « petites bases » d’escalade, acquises dans sa jeunesse.

La porte étant déverrouillée, la policière a pénétré dans le logement, où gisait M. Trottier. « Il avait les yeux virés à l’envers, il me disait qu’il allait mourir, relate-t-elle. Je lui disais que j’allais m’occuper de lui. Et je voyais les photos de ses enfants sur les murs. La volonté de sauver ce monsieur-là était vraiment présente. »

Coma diabétique

Les paramédicaux ont été contactés, M. Trottier a été transporté à l’hôpital, où il a été soigné. Mme Pedneault apprendra plus tard que l’homme était dans un coma diabétique et que son état, critique, aurait pu lui être fatal, n’eut été l’intervention rapide de la policière. « Finalement, c’était une question de vie ou de mort », évoque-t-elle.

À sa sortie de l’hôpital, M. Trottier s’est présenté au poste de police pour remercier la policière. « Ça m’a tellement fait chaud au cœur. C’est inestimable. On entre dans la police pour pouvoir faire le bien autour de nous. Quand on sait qu’on fait la différence, c’est bon pour le cœur. Ça fait du bien », dit-elle.

L’agente Pedneault, qui cumule une dizaine d’années d’expérience, a d’ailleurs été honorée pour son geste de bravoure au Centre Bell, en plein match du Canadien, le mois dernier. « On est filmé, on est sur écran géant, 22 000 personnes qui t’acclament, c’est plein d’amour envers les policiers. C’est beau et agréable à recevoir », conclut-elle.