/news/currentevents

Des criminels facilitent le travail des policiers

Antoine Lacroix | Journal de Montréal

Des criminels n’ont clairement pas réfléchi avant de passer à l’action. D’autres ne saisissent pas le message après leur arrestation. Que ce soit par distraction, par manque de jugement ou tout simplement parce que leur plan a déraillé, des suspects ont ainsi facilité le travail des policiers ou se sont placés dans une situation ridicule. Voici des cas qui ont retenu notre attention au cours de la dernière année et qui sont la preuve que le crime parfait n’existe vraiment pas.  

Un gros zéro pour deux voleurs  

Vol Boisbriand

Photo courtoisie

Un duo de cambrioleurs plutôt lâches est reparti avec un butin ne totalisant... rien du tout. Les deux jeunes ont aspergé de répulsif à ours la pauvre gérante d’un bar de Boisbriand, en octobre, pour s’emparer du contenu du coffre-fort. Le problème, c’est que les seules choses sur lesquelles ils ont pu mettre la main étaient des enveloppes vides. « Une telle violence envers une serveuse, pour finalement partir les mains vides, c’est vraiment désolant », avait déploré le propriétaire du bar de billard Micky’s, Jean-Marc Fortin. Les deux voyous sont toujours recherchés.   

Un coup en bas de la ceinture   

FD-BALLE-PENIS

Photo d'archives, Agence QMI

On répète aux enfants de ne pas s’amuser avec des allumettes ou un briquet, mais les parents d’un jeune Montréalais auraient dû lui dire qu’une arme à feu n’est pas un jouet. Le garçon de 18 ans l’a appris de la plus douloureuse des manières en se blessant accidentellement par balle directement dans sa virilité (son pénis) , en janvier. Peut-être honteux de la façon dont le tout s’est produit, il a raconté aux policiers que c’était à la suite d’un conflit avec un groupe d’individus qu’il avait été blessé. Or, rien n’a permis aux enquêteurs de confirmer cette version, eux qui penchaient plutôt pour un bête accident.   

Se faire passer un savon  

Le truc pour éviter d’être arrêté en état d’ébriété au volant n’est pas d’avaler du savon à main avant de prendre le volant , c’est de boire modérément, tout simplement. Or, la police de Mont-Tremblant a arrêté en avril un automobiliste dans la vingtaine qui a eu l’excellente idée de se rincer la bouche avec du savon pour tenter de déjouer l’alcootest. Les analyses ont tout de même pu déterminer que son taux d’alcoolémie dépassait 110 mg par 100 ml de sang, outrepassant largement la limite prescrite par la loi de 80 mg.  

Arrêté par un cône orange  

Ils sont détestés par plusieurs, mais un simple cône orange a permis de mettre fin à une poursuite policière en novembre , non loin du pont Victoria, sur la Rive-Sud de Montréal. Visiblement pas le plus habile au volant, un jeune de 24 ans a pu être épinglé par la Sûreté du Québec quand un cône s’est coincé sous le véhicule qu’il avait volé.  

Pas compris le message ?   

FD-BOIES-ARRETE

Capture d'écran, TVA Nouvelles

Sylvain Boies a accumulé les écarts de conduite toute sa vie, lui qui possède une feuille de route criminelle bien étoff ée. Mais l’homme de 48 ans ne semblait toujours pas avoir compris le message lorsqu’il a été arrêté en février dernier. Il a été encore une fois accusé d’avoir enfreint une interdiction de conduire. Cette fois-ci, pour essayer de s’en sortir, il a même donné un faux nom au patrouilleur qui l’a intercepté, sans succès. Un mandat d’arrestation a été lancé contre lui peu après que le subterfuge a été découvert. Boies est tristement connu pour avoir tué deux personnes en 1999, en roulant en sens inverse sur une autoroute au volant d’une autopatrouille volée.   

Filmé pendant son crime  

Mohamed Allali

Photo courtoisie

Commettant l’un des pires crimes qui soient, un prédateur sexuel qui a profité de l’état d’ébriété avancé de sa victime n’a pris presque aucune précaution pour ne pas se faire retracer. Mohammed Allali a assouvi ses bas instincts dans le hall d’un immeuble résidentiel sans se douter qu’il était filmé par une caméra . Le lendemain, sa victime, qui a remarqué que son manteau avait été volé, a demandé à voir les images de surveillance. Elle a constaté avec horreur ce qui lui était arrivé. Le hic, c’est que le violeur a été facile à retrouver, puisqu’il avait donné son numéro de téléphone à une amie de la victime au cours de la soirée précédente.   

Tout ça... pour des cartes cadeaux ?  

Sébastien Boulanger-Dorval

Photo d'archives

Ça aura coûté plus de 70 M$ en frais pour Desjardins et touché des millions de victimes, mais l’auteur allégué de l’immense fuite de données personnelles n’aurait accompli le tout que pour quelques milliers de dollars en cartes-cadeaux d’épicerie et des restaurants Saint-Hubert. C’est ce qu’a révélé notre Bureau d’enquête en apprenant que Sébastien Boulanger Dorval n’aurait été qu’un pion dans cette histoire , alors qu’il aurait été payé de cette façon par des prêteurs privés et des financiers de Québec qui auraient acheté les données pour mousser leurs affaires. Boulanger Dorval n’a toujours pas été accusé relativement à cette affaire. Sans le sou depuis, il est maintenant retourné vivre chez sa maman.  

Gros manque de discrétion  

S’il y avait des prix pour les pires criminels, ce duo pourrait remporter la palme pour les plus désorganisés après cette série de bonnes idées: voler un guichet automatique d’un aréna de Saint-Jérôme en pleine nuit , s’enfuir à pied avec l’appareil de 150 livres et tenter de l’ouvrir avec une scie dans un secteur boisé en attirant l’attention de tout le voisinage avec le bruit et les étincelles. C’est grâce à ce « plan » très élaboré que Jefferey D’Amour, 25 ans, et Yoan Richer, 24 ans, se sont sans surprise retrouvés derrière les barreaux.   

Petite vie en direct sur Facebook  

Facebook - agression au couteau

Photos tirées de Facebook

Sous les yeux incrédules de plusieurs internautes qui ont tout vu en direct sur Facebook, Reda Benabed a poignardé sa victime après une discussion qui a dégénéré. Émilien Turcotte a quand même pris le temps d’exhi-ber sa blessure au ventre, somme toute mineure. La diffusion s’est poursuivie et s’est terminée par l’arrestation de Benaded par des policiers qui sont débarqués avec des tasers guns. Comme tout avait été filmé, l’homme de 33 ans a préféré plaider coupable et a écopé de 30 mois de prison .   

Poils pubiens au visage pour un voleur « arabe »  

Dans la catégorie « Vraiment ?! », ce vol dans un dépanneur de Shawinigan est de loin le plus inusité de l’année; son auteur s’est « déguisé en Arabe » en se collant notamment des poils pubiens au visage avec du sirop d’érable. Selon Le Nouvelliste, Frédéric Jean est aussi débarqué avec une serviette de bain autour de la tête, un bas de pyjama et des pantoufles pour compléter son accoutrement. En plaidant coupable à plusieurs autres accusations, l’homme de Shawinigan a écopé d’une peine globale de 15 mois de prison.   

Un butin de biscuits Subway  

Un cambrioleur pas très impressionnant de la région de Québec n’a pas réussi à convaincre un commis d’un restaurant Subway de lui remettre le contenu de la caisse. Mais le pauvre homme n’est pas reparti bredouille; il est reparti... avec quelques biscuits . Personne n’a été blessé et le suspect a pris la fuite.  

Il vole une auto qu’il détruit... après 200 mètres  

FD-ACCIDENT-VOL-VEHICULE

Photo d'archives, Agence QMI

On présume qu’en s’emparant d’un véhicule, l’objectif est qu’il reste intact pour le recel. Le message ne s’était pas rendu à ce cambrioleur en août après qu’il eut encastré la voiture qu’il convoitait dans des clôtures autour du Complexe Desjardins, à Montréal. L’homme de 35 ans a fait sortir de force le conducteur d’une voiture au coin des rues Saint-Urbain et Ontario, alors qu’il attendait le passage au feu vert. Sa course s’est terminée à peine 200 mètres plus loin après avoir perdu la maîtrise du véhicule . La police a facilement pu procéder à son arrestation après l’accident.