/news/society

Alcool au volant et partys de bureau: plus de 35 % des tests au-dessus de la limite légale

champagne

gabriel - stock.adobe.com

Pour sensibiliser à la problématique de la conduite avec les facultés affaiblies, l’entreprise Alco Prévention Canada s’est invitée dans plus de 300 partys de bureau au pays, au cours des deux derniers mois, pour faire passer plus de 30 000 alcootests. 

Dans 35 % des cas, les volontaires avaient un taux d’alcool dans le sang qui dépassait la limite légale pour prendre le volant (qui est de 80 mg d'alcool par 100 ml de sang) et plus de la moitié d’entre eux ne s’en doutait pas. 

Parmi les consommateurs testés, 10 % avaient un taux d’alcool entre 50 et 79 mg/100 ml de sang et 55 % étaient en dessous de 49 mg/100 ml de sang. 

Ces chiffres révèlent que la plupart des personnes ont dû mal à évaluer leur taux d’alcool et que sans la présence d’un détecteur d’alcool, elles auraient pris la route. 

«Les consommateurs sont très surpris des résultats. La plupart du temps [ces derniers] dépassent la limite par moins de 30 mg/100 ml de sang, mais les conséquences sont tout aussi néfastes», a souligné Stéphane Maurais, directeur général chez Alco Prévention Canada. 

«Il y a quelques années, les consommateurs dépassaient par beaucoup plus. Il reste évident que l’on ne peut pas se fier à son seul jugement. Les consommateurs doivent utiliser des outils comme des détecteurs d’alcool afin de prendre des décisions raisonnables», a-t-il ajouté. 

En plus des éthylotests et des tests d’alcoolémie à usage unique vendu dans les SAQ, des détecteurs d’alcool pour entreprises existent, tout comme les détecteurs numériques. 

Et une fois sa consommation d’alcool calculée, des alternatives pour ne pas conduire existent, tels que le taxi et des services de raccompagnement comme Opération Nez Rouge, pendant les Fêtes, ou encore Tolérance Zéro.